La chirurgie assistée par ordinateur ou le voyage fantastique

Le service de Neurochirurgie du CHU de Nice possède un système de neuronavigation ou neurochirurgie assistée par ordinateur.

Le principe de cet appareillage complexe repose sur le contrôle en temps réel de la position d’un instrument dans la boîte crânienne par rapport à une cible, repérée en pré-opératoire sur les images radiologiques. Des points fixes sont simplement collés sur le crâne de la personne avant le scanner et l’IRM préopératoires.

Les images numérisées, enregistrées sur disque optique, sont ensuite « entrées » dans la station de travail où les logiciels vont opérer leur reconstruction en 3 dimensions.

L’opérateur peut ainsi, avant l’intervention, définir la meilleure trajectoire pour aborder et réséquer la tumeur, en respectant les zones saines ; notion très importante pour respecter l’avenir fonctionnel du patient.

Un gain de sécurité pour les malades

C’est donc une technique sécurisée qui est mise à la disposition du patient avec pour lui une seule contrainte, celle de garder les points collés en place jusqu’au lendemain, jour de l’intervention.

« Pour moi le plus important était d’être opérée avec le plus de sécurité possible, c’est pour ça que je suis venue consulter à Nice. C’est formidable et rassurant de savoir que le chirurgien peut en quelque sorte voir au travers du cerveau?» déclare une patiente quelques jours après son intervention, « la preuve, c’est qu’aujourd’hui tout va bien, c’était pourtant une intervention jugée à risques ».

Cette technique s’adresse surtout au traitement chirurgical des tumeurs cérébrales profondes et tumeurs de l’hypophyse, mais son utilisation n’est pas limitée à ces indications.

Elle permet une approche multidisciplinaire dans l’oto-neurochirurgie (neurinomes de l’acoustique notamment) et dans la chirurgie de l’oreille.

Le développement de la neurochirurgie fonctionnelle (douleurs chroniques, maladie de Parkinson) pourra être amélioré par cette technique. Elle permet grâce à la Télémédecine, l’envoi d’images à partir de la station de travail vers un spécialiste, un autre collègue pour avis dans l’élaboration du pré-planning.

Son potentiel pédagogique en fait également un formidable outil d’enseignement, d’apprentissage et de perfectionnement.

Avec cette technique le service de Neurochirurgie et ses partenaires entendent mieux répondre aux besoins des patients, leur garantir plus de qualité et de sécurité, deux mots chers à tous les soignants.
Article de Christine Saglietto avec la participation du Dr Paquis)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.