La chirurgie augmentée par IA s’invente à Clermont-Ferrand

Le Pr Nicolas Bourdel, chirurgien gynécologue au CHU de Clermont-Ferrand et son équipe viennent de remporter le concours d'innovation I-LAB 2019 pour leur logiciel de réalité augmentée (SurgAR) adapté à la chirurgie par cœlioscopie. Cette reconnaissance, une première en Auvergne, marque l'entrée de la chirurgie mini-invasive dans le monde de l'intelligence artificielle. « Notre logiciel de réalité augmentée permet d’ajouter une information virtuelle (les données de l’imagerie pré-opératoire) à notre vue chirurgicale en temps réel. La vision par ordinateur qui est une branche de l’intelligence artificielle permet de combiner des images prises en pré et per intervention. Il s’agit d’une technologie de rupture.» souligne le Pr Bourdel.

Le Pr Nicolas Bourdel, chirurgien gynécologue au CHU de Clermont-Ferrand et son équipe viennent de remporter le concours d’innovation I-LAB 2019 pour leur logiciel de réalité augmentée (SurgAR) adapté à la chirurgie par cœlioscopie. Cette reconnaissance, une première en Auvergne, marque l’entrée de la chirurgie mini-invasive dans le monde de l’intelligence artificielle. « Notre logiciel de réalité augmentée permet d’ajouter une information virtuelle (les données de l’imagerie pré-opératoire) à notre vue chirurgicale en temps réel. La vision par ordinateur qui est une branche de l’intelligence artificielle permet de combiner des images prises en pré et per intervention. Il s’agit d’une technologie de rupture.» souligne le Pr Bourdel.
Partant de l’image IRM ou scannée d’un utérus, d’un foie ou d’un rein, notre système la segmente et la fusionne avec les prises de vue de la caméra miniature pour livrer un modèle 3D original de l’organe, l’utérus, le foie ou le rein. Cette projection aide les chirurgies à opérer avec une précision jamais connue jusqu’à présent. La superposition des images prises en pré et per intervention, retraitées par l’intelligence artificielle, livrent une nouvelle représentation d’un organe semi-transparent qui optimise le geste chirurgical, le rendant plus sûr et plus fiable.
L’hyper précision de cette technologie est une garantie de qualité pour le patient, synonyme de diminution du taux de complication et de la durée d’intervention. Elle rend possible des interventions jusqu’alors pratiquée uniquement de manière traditionnelle (par laparotomie), comme l’adénomyose (maladie utérine plus complexe que l’endométriose) ou les hépatectomies partielles. Au mois de juillet 2019, 40 patients avaient bénéficié de cette innovation, 20 en chirurgie gynécologique, 20 en chirurgie digestive.
SurgAR (Surgical Aumgented Reality) est issue d’une coopération fructueuse entre CHU, l’Université et CNRS
Cette avancée est le fruit de 11 années de travail et d’expertises co-construites entre équipes d’excellences complémentaires, celles du Pr Nicolas Bourdel et celle du Pr Adrien Bartoli, professeur de sciences de l’informatique à l’Université de Clermont Auvergne, responsable du laboratoire de recherche EnCov UCA/CNRS  (laboratoire d’endoscopie et de vision assistée par ordinateur). C’est aussi le résultat d’une belle synergie entre la Direction de la Recherche Clinique du CHU de Clermont-Ferrand,  le service de la Recherche de la Valorisation et de l’Innovation de l’Université Clermont Auvergne et de BUSI, l’Incubateur d’Entreprises Auvergne.

« SurgAR» : Une entreprise prometteuse

En plus de financements à hauteur de 245 000€ I-LAB 2019 décerne un label de qualité qui va aider à convaincre de nouveaux investisseurs, au premier rang desquels figurent le CHU, BPI FRANCE et des banques privées. « Le CHU de Clermont-Ferrand présentera quant à lui le projet d’une prise participation à ses instances dès la rentrée de septembre puis à l’ARS AURA pour approbation du projet.» annonce Marie-Anne Cousseau, juriste chargée de la Valorisation de la Recherche Clinique et des Projets Européens à la délégation à la Recherche Clinique et à l’Innovation du CHU. « SurgAR», la start up  du Pr Bourdel, suscitera d’autant plus leur intérêt que le retour sur investissement promet d’être rapide puisque tous les chirurgiens opérant sous coelioscopie en France et dans le monde sont potentiellement concernés.

En savoir plus sur I-LAB 2019 

Lancé par le ministère de l’Enseignement supérieur de la Recherche et de l’Innovation , le concours d’innovation i-Lab est un véritable accélérateur de croissance pour les entreprises innovantes. Crée depuis une vingtaine d’années, ce concours s’est imposé comme une référence dans le monde de l’innovation. Il permet de détecter et de faire émerger des projets de création d’entreprises qui permettront de répondre aux grands défis sociétaux de notre époque.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.