Neurochirurgie éveillée : nouveau succès de Besançon

Le service de neurochirurgie du CHRU de Besançon a réalisé avec succès l’exérèse d'un angiome cérébral en chirurgie éveillée sur une patiente de 36 ans. Le Pr Laurent Thines et le Dr Antoine Petit ont choisi cette technique pour intervenir sur une malformation artério-veineuse (MAV) située à proximité des zones fonctionnelles du langage obligeant les chirurgiens à procéder à l’opération avec une extrême prudence.

Le service de neurochirurgie du CHRU de Besançon a réalisé avec succès l’exérèse d’un angiome cérébral en chirurgie éveillée sur une patiente de 36 ans. Le Pr Laurent Thines et le Dr Antoine Petit ont choisi cette technique pour intervenir sur une malformation artério-veineuse (MAV) située à proximité des zones fonctionnelles du langage obligeant les chirurgiens à procéder à l’opération avec une extrême prudence.
La rupture de la MAV avait entraîné une hémorragie, qui risquait à terme d’engager le pronostic vital de la patiente. La résection chirurgicale a été optimisée par l’usage de plusieurs techniques de pointe.
Une neuronavigation (GPS)a permis, à partir de l’IRM de la patiente, de cibler la zone à opérer. L’architecture et les limites de la malformation ont été analysées par vidéo-angiographie peropératoire intégrée au microscope. La cartographie des zones du langage a été réalisée par stimulation de la surface corticale en chirurgie éveillée. Cette stimulation a permis d’évaluer les capacités de la patiente à chaque stade de l’intervention et de respecter ces zones fonctionnelles.

Aucune complication clinique postopératoire n’est à déplorer chez la patiente, aujourd’hui guérie de cette malformation vasculaire.
La chirurgie cérébrale éveillée est pratiquée depuis une dizaine d’années dans différents CHU pour la prise en charge des gliomes et tumeurs primitives situés dans les zones fonctionnelles du cerveau. 
La fiabilité de la procédure réalisée au CHRU de Besançon est très encourageante. Cette technique pourrait être étendue à terme à d’autres types de pathologies et notamment la chirurgie des cavernomes ou anévrismes cérébraux.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.