La composition du Conseil de Surveillance arrêtée

Selon une depêche de l'Agence de Presse Médicale en ligne sur le webzine de l'AP-HP, le Directeur général de l'Agence régionale de santé (ARS) d'Ile-de-France, Claude Evin, a signé l'arrêté sur la composition du conseil de surveillance de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP).

Selon une depêche de l’Agence de Presse Médicale en ligne sur le webzine de l’AP-HP, le Directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France, Claude Evin, a signé l’arrêté sur la composition du conseil de surveillance de l’Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP).

Selon l’arrêté daté du 16 juin et publié vendredi à la préfecture, les représentants des collectivités territoriales sont : Jean-Louis Missika, adjoint PS au maire de Paris, Jean-Marie Le Guen, député socialiste, adjoint au maire de Paris chargé de la santé publique et des relations avec l’AP-HP dont il présidait le conseil d’administration, Pierre-Christophe Baguet, député-maire UMP de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), qui représente la principale commune d’origine des patients en nombre d’entrées en hospitalisation autre que Paris, François Kosciusko-Morizet, maire UMP de Sèvres qui représente le conseil général des Hauts-de-Seine, et Jean-Paul Huchon, président PS du conseil régional.

Les représentants du personnel médical et non médical sont : Martine Andrieu, cadre supérieure de santé, désignée par la commission des soins infirmiers, de rééducation et médico-techniques (CSIRMT), le Pr Loïc Capron, chef de service de médecine interne (HEGP), et le Dr Alain Faye, chirurgien digestif (HEGP), désignés par la commission médicale d’établissement (CME), Isabelle Borne du syndicat SUD et Rose-May Rousseau de la CGT.

Cinq personnalités qualifiées font également partie de la nouvelle instance.
Parmi elles figurent Bertrand Fragonard, président de chambre à la Cour des comptes, président délégué du Haut conseil à la famille et ancien président du Haut conseil pour l’avenir de l’assurance maladie (HCAAM), et Raoul Briet, conseiller maître à la Cour des comptes en service détaché, membre du collège de la Haute autorité de santé (HAS), responsable récemment d’un groupe de travail sur le pilotage de l’assurance maladie. Tous deux ont été désignés par le directeur général de l’ARS.

Les trois autres membres ont été désignés par le préfet.

Il s’agit de Guy Berger de la Ligue nationale contre le cancer et Thomas Sannié du Collectif interassociatif sur la santé (Ciss), qui représentent tous deux les usagers, et de Michel Hannoun, ancien député RPR de l’Isère, directeur des études pour Servier Monde et président de la fédération des métiers de la santé à l’UMP.

Il appartient désormais au président du directoire de l’AP-HP, Benoît Leclercq, de convoquer les membres du conseil de surveillance pour leur première réunion.

Source : APM

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.