La Conférence des doyens de médecine salue plusieurs mesures du plan d’urgence pour l’hôpital public

Dans un communiqué, publié vendredi 21 novembre, la Conférence nationale des doyens de médecine "prend acte" des efforts annoncés par le gouvernement pour redonner au CHU les moyens nécessaires à la réalisation de ses actions de soins de recours, de recherche, d’innovation et de formation.
Dans un communiqué, publié vendredi 21 novembre, la Conférence nationale des doyens de médecine "prend acte" des efforts annoncés par le gouvernement pour redonner au CHU les moyens nécessaires à la réalisation de ses actions de soins de recours, de recherche, d’innovation et de formation.
"Rendre au CHU son rôle spécifique est une étape indispensable de tout plan d’urgence pour l’hôpital public". Cette condition posée, la Conférence des doyens de médecine annonce qu’elle agira "à la mesure de la confiance que lui a témoignée Agnès Buzyn, ministre de la Santé", pour renforcer, dans les établissements de santé, les missions universitaires. 
La conférence salue l’augmentation des financements des missions universitaires du CHU par une revalorisation des MERRI (Missions d’Enseignement, de Recherche, de Référence et d’Innovation) annoncée par le Premier Ministre et la ministre de la Santé et réitère sa volonté que le pilotage de ces missions universitaires du CHU soit confié aux doyens et aux présidents de CME.
La Conférence nationales des doyens souhaite ainsi, avec la communauté hospitalière, contribuer à améliorer l’attractivité, la gouvernance et l’organisation de l’hôpital: "Ensemble, notamment avec les commissions médicales des établissements et leurs présidents, nous nous engageons à redonner aux CHU et aux hôpitaux leur force et leur rayonnement"
Les doyens de médecine rappelle néanmoins l’importance des transformations encore nécessaires en matière d’organisation et de management du système de santé et plaident "pour une politique volontariste, participative et déconcentrée, ainsi que pour la poursuite des efforts budgétaires pour sauver l’Hôpital public".
La Conférence nationale des doyens entend rester attentive à ce que l’engagement politique et l’effort financier se concrétisent rapidement. "Seul un pacte de confiance affirmé redonnera un sens et une motivation nouvelle aux personnels de santé dont le souhait principal est de prendre soin de leurs patients et des populations, dans les meilleures conditions, avec générosité et équité", conclut le communiqué.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le CHU de Bordeaux aux petits soins avec ses nouveaux internes

Le 15 mai dernier, deux cent six nouveaux internes ont été accueillis au Grand Théâtre, bâtiment phare de la capitale girondine et propriété du CHU de Bordeaux. Un événement en grandes pompes voulu par Yann Bubien, peu de temps après son arrivée en tant que Directeur général.

A saint-Étienne, cette nouvelle clinique soigne les champions comme les sportifs du dimanche

Ouverte depuis novembre dernier, la Clinique Universitaire du Sport et de l’Arthrose (CUSA) accueille dix-sept praticiens travaillant de concert pour soigner les problématiques qui entourent l’appareil locomoteur. Et si son plateau technique de pointe voit défiler les sportifs de haut niveau comme les amateurs, c’est une autre population, touchée par l’arthrose et autres douleurs articulaires, qui prend massivement rendez-vous. Reportage.

Dossier : l’arthrose

L’arthrose est une maladie articulaire qui touche dix millions d’individus en France. Si 65% d’entre eux ont plus de soixante-cinq ans, il n’en reste pas moins qu’une diversité de causes implique également le développement de la maladie chez les plus jeunes.

Jérôme Pourrat : « L’aumônier est un facteur de paix dans l’hôpital. »

Sensibiliser le personnel soignant et informer les patients sur leur droit au culte à l’hôpital public, et ce quelle que soit leur religion. C’est le quotidien de Jérôme Pourrat, aumônier depuis quatre ans au CHU de Saint-Étienne. Dans le cadre de notre série vidéo Les Chuchoteurs !, l’ex photographe a accepté de revenir sur son parcours et sur ses missions.

Dossier : L’obésité

Elle concerne 17% des adultes en France, a des origines multiples et peut entraîner de nombreuses complications – cardiovasculaires, hépatiques, rénales, respiratoires, dermatologiques, cancers, diabète – : cette maladie, c’est l’obésité. Alors que la journée mondiale le l’obésité a eu lieu le le 4 mars, la rédaction a souhaité lui consacrer un dossier.