La contraception définitive

La stérilisation par voie hystéroscopique est une des techniques de contraception définitive pour les femmes qui souhaitent ne plus vouloir d'enfant. Sept années après la première française effectuée au CHU de Nantes, plus de 400 femmes de la région nantaise ont bénéficié de cette méthode novatrice.

La stérilisation par voie hystéroscopique est une des techniques de contraception définitive pour les femmes qui souhaitent ne plus vouloir d’enfant. Sept années après la première française effectuée au CHU de Nantes, plus de 400 femmes de la région nantaise ont bénéficié de cette méthode novatrice.

Une technologie de pointe pour le confort de la femme
C’est le professeur Patrice Lopes, gynécologue-obstétricien au CHU de Nantes qui fut le premier, en 2002, à utiliser cette technique moins traumatisante pour la femme. Ce procédé offre aux femmes une méthode contraceptive douce et définitive, sans hormones, ni incision et sans les risques habituellement associés à l’anesthésie générale et à la ligature des trompes. La procédure s’effectue en une dizaine de minutes, en ambulatoire.

Des micro-implants flexibles sont placés par les voies naturelles, dans les trompes de Fallope. Au cours des trois mois qui suivent, l’organisme forme une barrière naturelle autour de ces micro-implants, ce qui empêche les spermatozoïdes d’atteindre l’ovule.

La tolérance immédiate lors de la pose des micro-implants apparaissent aujourd’hui comme des éléments contribuant à proposer cette technique en première intention aux femmes de plus de 40 ans, qui sont certaines de plus vouloir d’enfants.

Ce système, nommé Essure, est distribué par la société Conceptus et n’est disponible que sur prescription médicale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.