« En mouvement » : à Nantes les patients entrent dans la danse

« En mouvement » est un projet mené au sein de l’hôpital de jour d'addictologie du Cappa Jacques-Prévert du CHU de Nantes. Il consiste à proposer à des patients en démarche de soin pour une ou plusieurs addictions, un atelier corporel et artistique animé par un danseur chorégraphe, en collaboration avec un professionnel de l’hôpital de jour d’addictologie.

« En mouvement » est un projet mené au sein de l’hôpital de jour d’addictologie du Cappa Jacques-Prévert du CHU de Nantes. Il consiste à proposer à des patients en démarche de soin pour une ou plusieurs addictions, un atelier corporel et artistique animé par un danseur chorégraphe, en collaboration avec un professionnel de l’hôpital de jour d’addictologie.
Cécile Heulin, éducatrice spécialisée au sein de l’hôpital de jour du centre ambulatoire pluridisciplinaire de psychiatrie et d’addictologie (Cappa) Jacques-Prévert, danseuse également dans le cadre d’une pratique personnelle depuis une vingtaine d’année a initié ce projet  au sein de l’unité. Associé au projet, Matthias Groos était interprète pour différentes compagnies avant de créer avec Gaëlle Bouilly, scénographe, la Compagnie 29×27 en 2005. Matthias Groos a ainsi travaillé autour du handicap mental (association des papillons blancs), autour du handicap physique chez l’enfant (centre de rééducation fonctionnel de Tréstel), en psychiatrie (EPSM de St Avé) et en milieu carcéral (maison d’arrêt d’Angers).

La création d’un lien de confiance

Depuis septembre 2017, des patients se rendent au "Sept cent quatre vingt trois" (lieu d’accueil d’artistes, de transmissions et de réflexions dédié à la danse, à Nantes) pour participer à trois ateliers consécutifs au sein d’un groupe fermé, plus propice à créer un climat de confiance, où chacun peut s’autoriser à se mouvoir librement.
Cet espace a fonction de « passerelle » dans le parcours de soin. En amont, il participe à la création d’un lien de confiance avec les professionnels de l’équipe, nécessaire à l’accompagnement.

Préparer l’après hôpital

Pendant l’hospitalisation, se « mettre en mouvement » participe d’une façon plus générale à valoriser les envies, les projets qui se dessinent à nouveau individuellement pour chacun.  En aval d’une hospitalisation, il est un outil pour prévenir la rechute. Il s’agit d’éveiller le désir de réinvestir l’extérieur, le territoire, inviter les patients à envisager des moments de bien-être dans leur quotidien après l’hospitalisation. 

Une initiative applaudie par les patients

Les retours des patients sont très positifs et confirment la pertinence d’une telle approche dans leur accompagnement global tant du point vue corporel, relationnel, émotionnel, que dans la création artistique. Ce qu’ils en disent…
« J’ai pu faire des choses que je ne pensais plus possible à cause de ma santé. »
« J’avais quelques appréhensions mais je me suis vraiment senti en confiance. »
« J’ai découvert un univers que je ne connaissais pas du tout, je n’avais même jamais  vu un spectacle de danse. »
 « Je suis en train de prendre conscience que mon corps est vivant. »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.