La dépendance des jeunes aux jeux vidéo

Les conférences de santé publique organisées par le CHU de Nice abordent un phénomène de société récent : la dépendance des jeunes aux jeux vidéo.

Les conférences de santé publique organisées par le CHU de Nice abordent un phénomène de société récent : la dépendance des jeunes aux jeux vidéo.

Une addiction qui ne cesse d’inquiéter les familles
L’attachement excessif à la console ou à l’ordinateur relève moins du jeu lui-même que de la fragilité de la personne, sauf pour les jeux « en ligne » de simulation d’univers qui comportent plus de risques.

L’organisation de toute la vie d’une personne autour du jeu, ce qui ressemble à une toxicomanie, ne concerne heureusement qu’à peine 10% des consommateurs réguliers. Ceci dit, les jeux vidéo « accrochent » en provoquant un phénomène de « récompense» très puissant apportant un plaisir intense et une valorisation facile. Et c’est un piège redoutable car la puissance du lien dans l’interaction avec l’écran et dans la manipulation directe des images – la puissance du virtuel – surpasse et risque de remplacer le plaisir ordinaire du travail de la lecture, qui renvoie à celui de l’imaginaire. Dans tous les cas, c’est la fragilité de la personne qui est à l’origine de la dépendance et qui risque d’enfermer le sujet dans un système clos, notamment sous l’effet de facteurs favorisants comme les difficultés d’accès à l’autonomie liées l’adolescence, une personnalité timide, un entourage instable….

La dépendance correspond souvent à une fuite relationnelle, une compensation par rapport à des risques affectifs questionnant l’identité. Cet horizon de difficultés va fixer le jeu vidéo comme un baume médical sur une souffrance relationnelle. Mais ce médicament est très dangereux parce qu’il enferme le sujet dans un vrai piège. Parmi les conseils que nous pouvez donner aux familles inquiètes de l’intérêt de leur enfant pour les jeux vidéo, il semble important de leur proposer d’abord de dédramatiser le débat. On se doute bien que l’on ne peut pas faire machine arrière : la puissance informatique est celle du monde moderne et il nous faut l’assumer.

Bien plus, il faut savoir qu’il y a dans le modèle informatique du jeu vidéo des ressources pédagogiques et cognitives très puissantes, déjà utilisées dans l’enseignement, et même en thérapeutique.

Il est possible de s’intéresser aux jeux vidéo lorsqu’on est adulte, de se les faire expliquer et même d’en faire l’expérience ! Rien ne sert de croire que c’est en les interdisant que le problème va se résoudre. Le vrai problème est au joueur, à l’histoire de ses relations : famille, copains… « petite amie »…. et à l’équilibre de ses activités travail/détente et de ses loisirs : sorties, TV, cinéma, sport, lecture… Tout est dans la mesure.

Les conférences de santé publique se prolongent au Centre universitaire méditerranéen.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.