La détresse des Hommes en fin de vie

Quelles réponses les équipes de soins palliatifs apportent-elles à la détresse des personnes en fin de vie ? Pour répondre à cette question, la Société régionale Auvergne d'accompagnement et de soins palliatifs (SRAAP) organise un congrès régional sous la forme d'une soirée grand public avec le Groupe de réflexion éthique clermontois (GREC), et une journée de conférence professionnelle, les 25 et 26 novembre 2010 à Vulcania.

Quelles réponses les équipes de soins palliatifs apportent-elles à la détresse des personnes en fin de vie ? Pour répondre à cette question, la Société régionale Auvergne d’accompagnement et de soins palliatifs (SRAAP) organise un congrès régional sous la forme d’une soirée grand public avec le Groupe de réflexion éthique clermontois (GREC), et une journée de conférence professionnelle, les 25 et 26 novembre 2010 à Vulcania.

Dans le cadre d’une maladie grave, la détresse se définit par une «expérience désagréable de nature émotionnelle, psychologique ou spirituelle». C’est un état marqué par un sentiment de désarroi, d’abandon, de solitude profonde, de vulnérabilité, de tristesse, de peur et de danger. La détresse d’une personne mourante confronte l’entourage et les professionnels à des ressentis forts d’impuissance, alors même que les soins palliatifs visent à l’apaisement global. L’objectif des soins palliatifs est de soulager les douleurs physiques et les autres symptômes, mais aussi de prendre en compte la souffrance psychologique, sociale et spirituelle, dans une approche globale de la personne atteinte d’une maladie grave, évolutive ou terminale.

Jeudi 25 novembre 2010, 20h30-22h, conférence grand public, « Mourir sans conscience ». Un philosophe, un médecin, une infirmière, un spécialiste de la bioéthique vont aborder différents prismes, différentes écoutes et réponses à un même état de détresse. Vulcania. Entrée gratuite.

Vendredi 26 novembre 2010, 8h30-17h30, congrès pour les professionnels et bénévoles « Avis de détresse des Hommes en fin de vie, cliniciens et penseurs à la rescousse ! ». Différentes recommandation et réflexions sur la sédation, les derniers moments de la vie, l’accompagnement médicamenteux, l’utilisation des médicaments et de l’hypnothérapie chez les patients en fin de vie. Vulcania.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.