Le DG du CHU est une femme #1: Catherine Geindre à Lyon

« Les femmes ont une approche transformationnelle, l’objectif de faire avancer, de réaliser les projets»: Catherine Geindre, présidente de la Conférence des directeurs généraux de CHU, directrice générale des Hospices civils de Lyon, expose sa vision de ce que l'on pourrait désigner comme "un management au féminin".

« Les femmes ont une approche transformationnelle, l’objectif de faire avancer, de réaliser les projets»Catherine Geindre, présidente de la Conférence des directeurs généraux de CHU, directrice générale des Hospices civils de Lyon, expose sa vision de ce que l’on pourrait désigner comme "un management au féminin".

« Les hommes ont une approche "territoriale" du pouvoir», observe la  présidente de la Conférence des directeurs généraux de CHU. Successivement directrice générale du CHU Amiens Picardie, de l’Assistance publique – Hôpitaux de Marseille et aujourd’hui des Hospices civils de Lyon, Catherine Geindre fait bien la distinction entre management et pouvoir. Ils peuvent avoir tendance, remarque-t-elle, à «garder la main sur leurs équipes, leurs responsabilités»,  alors que «les femmes ont une approche transformationnelle, l’objectif de faire avancer, de réaliser les projets et une approche souvent plus pragmatique, avec une recherche de consensus»

 L’une des 11 femmes sur 32 DG de CHU

Catherine Geindre est de celles qui ont suivi un cursus d’excellence et ont atteint le plus haut niveau d’expertise dans leur domaine. Aujourd’hui, elle est une de ces 11 femmes à la tête de l’un des plus grands établissements hospitaliers de France et d’Europe. L’une des 11 directrices générales de CHU* sur les 32 managers de centres hospitaliers universitaires…
La fonction publique hospitalière est marquée par un taux de féminisation important qui masque des situations contrastées. Si dans les postes de responsabilités médicales, des marges de progression importantes existent en matière de parité, le profil des directeurs d’hôpital lui, a largement évolué ces dernières années. Depuis plus de quinze ans, on observe une parité parfaite entre hommes et femmes dans les reçus aux concours externe et interne de directeur d’hôpital de l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) à Rennes. Cela a conduit à féminiser progressivement le corps, dont le nombre de femmes augmente de façon croissante : près de 39% en 2014. Ce nombre est plus important encore dans les CHU où l’on dénombre près de 45% de femmes, tous postes confondus. Ce mouvement a entraîné une féminisation progressive des chefs d’établissement. Parmi les 32 CHU/CHR, on compte 10 femmes à ce jour, 11 femmes à partir du mois d’avril, soit plus du tiers des directeurs généraux de CHU (34%).
Pour la journée internationale des femmes, le 8 mars 2019, elles ont témoigné en vidéo sur Réseau CHU de leur histoire professionnelle. Retrouvez les extraits de l’entretien que chacune d’elles a accordé à la caméra de RESEAU CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.