Le DG du CHU est une femme #1: Catherine Geindre à Lyon

« Les femmes ont une approche transformationnelle, l’objectif de faire avancer, de réaliser les projets»: Catherine Geindre, présidente de la Conférence des directeurs généraux de CHU, directrice générale des Hospices civils de Lyon, expose sa vision de ce que l'on pourrait désigner comme "un management au féminin".

« Les femmes ont une approche transformationnelle, l’objectif de faire avancer, de réaliser les projets»Catherine Geindre, présidente de la Conférence des directeurs généraux de CHU, directrice générale des Hospices civils de Lyon, expose sa vision de ce que l’on pourrait désigner comme "un management au féminin".

« Les hommes ont une approche "territoriale" du pouvoir», observe la  présidente de la Conférence des directeurs généraux de CHU. Successivement directrice générale du CHU Amiens Picardie, de l’Assistance publique – Hôpitaux de Marseille et aujourd’hui des Hospices civils de Lyon, Catherine Geindre fait bien la distinction entre management et pouvoir. Ils peuvent avoir tendance, remarque-t-elle, à «garder la main sur leurs équipes, leurs responsabilités»,  alors que «les femmes ont une approche transformationnelle, l’objectif de faire avancer, de réaliser les projets et une approche souvent plus pragmatique, avec une recherche de consensus»

 L’une des 11 femmes sur 32 DG de CHU

Catherine Geindre est de celles qui ont suivi un cursus d’excellence et ont atteint le plus haut niveau d’expertise dans leur domaine. Aujourd’hui, elle est une de ces 11 femmes à la tête de l’un des plus grands établissements hospitaliers de France et d’Europe. L’une des 11 directrices générales de CHU* sur les 32 managers de centres hospitaliers universitaires…
La fonction publique hospitalière est marquée par un taux de féminisation important qui masque des situations contrastées. Si dans les postes de responsabilités médicales, des marges de progression importantes existent en matière de parité, le profil des directeurs d’hôpital lui, a largement évolué ces dernières années. Depuis plus de quinze ans, on observe une parité parfaite entre hommes et femmes dans les reçus aux concours externe et interne de directeur d’hôpital de l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) à Rennes. Cela a conduit à féminiser progressivement le corps, dont le nombre de femmes augmente de façon croissante : près de 39% en 2014. Ce nombre est plus important encore dans les CHU où l’on dénombre près de 45% de femmes, tous postes confondus. Ce mouvement a entraîné une féminisation progressive des chefs d’établissement. Parmi les 32 CHU/CHR, on compte 10 femmes à ce jour, 11 femmes à partir du mois d’avril, soit plus du tiers des directeurs généraux de CHU (34%).
Pour la journée internationale des femmes, le 8 mars 2019, elles ont témoigné en vidéo sur Réseau CHU de leur histoire professionnelle. Retrouvez les extraits de l’entretien que chacune d’elles a accordé à la caméra de RESEAU CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.