La DGOS prépare sa feuille de route pour la mise œuvre du Ségur de la santé

Dans le cadre du Séminaire national des hospitaliers, Katia Julienne, directrice générale à la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) a détaillé la mise en œuvre des orientations du Ségur de la santé.

Dans le cadre du Séminaire national des hospitaliers, Katia Julienne, directrice générale à la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) a détaillé la mise en œuvre des orientations du Ségur de la santé.
Le 19 novembre, Katia Julienne, directrice générale à la Direction générale de l’offre de soins a détaillé «pilier» par «pilier» les mesures décidées dans le cadre du Ségur de la Santé. S’agissant des ressources humaines (pilier 1), elle a mentionné la concrétisation de nombreuses mesures, notamment des revalorisations salariales. Près de 7 milliards d’euros ont ainsi été engagés pour les personnels médicaux, non médicaux, les internes ou encore les étudiants.
« Et nous travaillons sur le développement des pratiques avancées quel que soit le segment d’activité: les urgences ou la médecine de ville », a-t-elle également précisé.
En matière d’investissement et de réforme du financement (pilier 2), elle a rappelé l’engagement du ministère en faveur d’une plus grande subsidiarité de la politique d’investissement. Davantage de marges de manœuvre seront ainsi laissées aux agences régionales de santé (ARS) dans leurs relations avec les communautés hospitalières, et ce dès le premier trimestre 2021. S’agissant de la réforme du financement des services d’urgences, des soins de suite et de réadaptation et de la psychiatrie, Katia Julienne a annoncé un report à 2022 pour les deux derniers secteurs. Retenons également que les missions d’enseignement, de recherche, de référence et d’innovation seront abondés de 50 millions d’euros.

Gouvernance des GHT

S’agissant du pilier 3 relatif à la simplification des organisations et du quotidien des équipes, la DGOS a annoncé la reprise du chantier de la gouvernance des groupements hospitaliers de territoire (GHT) au premier trimestre 2021 et la poursuite des réflexions sur la réforme des autorisations en fonction des secteurs d’activité, tous les enseignements de la gestion de l’épidémie notamment pour les soins critiques devant encore être analysés.
Enfin, sur le sujet des territoires (pilier 4), Katia Julienne a salué le travail mené par les médecins généralistes et les urgentistes sur les services d’accès aux soins. «Près de cinquante projets nous ont été transmis par les ARS. Nous sommes en attente des derniers arbitrages pour démarrer l’accompagnement de ces iniatitives».
Parmi les multiples sujets en chantier, retenons également la volonté d’améliorer la prise en charge des résidents en Ehpad et celle de renforcer les moyens de la psychiatrie.
« Nous avons déjà consolidé les moyens pour favoriser un ancrage sanitaire de chacun des Ehpad. Nous préserverons ces évolutions. Quant à la psychiatrie, nous devons à la fois faciliter les conditions de travail des professionnels tout en restant très attentifs à l’état de santé mental de la population», a-t-elle conclu.
Hélène Delmotte

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.