La e-santé en soutien à la Santé : une étude bisontine primée

"L'évaluation de la qualité de vie en routine des patients souffrant de cancer", ce projet de recherche porté par les équipes du CHRU de Besançon vient de remporter une "Victoire des acteurs publics" dans la catégorie Fonction publique hospitalière. La cérémonie  de remise des prix se déroulera à l'Assemblée nationale, le 2 février 2017, en présence et sous le haut patronage du président de l'Assemblée nationale.
"L’évaluation de la qualité de vie en routine des patients souffrant de cancer", ce projet de recherche porté par les équipes du CHRU de Besançon vient de remporter une "Victoire des acteurs publics" dans la catégorie Fonction publique hospitalière. La cérémonie  de remise des prix se déroulera à l’Assemblée nationale, le 2 février 2017, en présence et sous le haut patronage du président de l’Assemblée nationale.
Se référant à la définition fondatrice de l’OMS qui caractérise la santé comme "un état complet de bien-être physique, social et mental", les chercheurs bisontins ont décidé d’évaluer la qualité de vie des patients. Leur étude prend en compte non seulement la dimension médicale mais aussi les incidences psychologique, sociale, intime et financière de la maladie sur le quotidien du patient. "Actuellement la prise en charge médicale est concentrée sur le traitement de la maladie, notamment du fait des ressources limitées, ce qui laisse peu de place à une prise en charge globale, intégrative" reconnaît le Dr Guillaume Mouillet, investigateur principal de l’étude. Il souligne l’importance d’être attentif aux problématiques qui peuvent apparaître au décours des soins comme l’image corporelle des patients, le besoin d’aide des aidants… Il rappelle également que la qualité de vie est un critère d’évaluation des thérapeutiques testées dans les essais cliniques.
Concrètement, les patients renseignent un questionnaire sur une tablette durant le temps d’attente avant la consultation ou chez eux, via un site web sécurisé. Leur implication dans cette démarche transitionnelle met à jour des problématiques qu’ils n’aborderaient pas forcément avec les professionnels. Pour le patient, renseigner les questions est une manière de témoigner, de conscientiser sa situation. De passif, il devient proactif et a le sentiment de prendre le contrôle sur sa maladie. Une aide à son empowerment qui accroît sa satisfaction et favorise une meilleure prise en charge, si l’on en juge par les premiers retours très positifs et les résultats d’étude déjà menées dans les pays anglo-saxons.
Ces travaux s’inscrivent dans le cadre de deux projets de recherche menés au CHRU de Besançon. Un logiciel spécifique, nommé CHES.EORTC, est utilisé et permet une lecture didactique et immédiate des résultats par le médecin lors de la consultation.

L’étude est portée par le Dr Guillaume Mouillet sous l’égide du Pr Franck Bonnetain, responsable de l’Unité de méthodologie et de qualité de vie en cancérologie (UMQVC), en partenariat avec le pôle de cancérologie.
Marie-Georges Fayn

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.