La filière gériatrique évolue avec les besoins de santé du 3ème âge

Le Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers a mené une réflexion approfondie sur l'adaptation de sa filière gériatrique à l'évolution des besoins de la population des personnes âgées touchées par des polypathologies. Cette initiative a débouché sur l'élaboration d'un programme de réorganisation de la filière qui s'étend jusqu'en 2012. Les orientations médicales de cet ambitieux projet s'articulent autour de trois notions : conserver une filière gériatrique complète, adapter les architectures d'hébergement et développer les particularités de la gériatrie en CHU (médicalisation, développement de prises en charge spécialisées notamment pour les pathologies liées à la démence, soutenir la formation et l'enseignement, contribuer à la recherche diagnostique et thérapeutique.

Le Centre Hospitalier Universitaire de Poitiers a mené une réflexion approfondie sur l’adaptation de sa filière gériatrique à l’évolution des besoins de la population des personnes âgées touchées par des polypathologies. Cette initiative a débouché sur l’élaboration d’un programme de réorganisation de la filière qui s’étend jusqu’en 2012. Les orientations médicales de cet ambitieux projet s’articulent autour de trois notions : conserver une filière gériatrique complète, adapter les architectures d’hébergement et développer les particularités de la gériatrie en CHU (médicalisation, développement de prises en charge spécialisées notamment pour les pathologies liées à la démence, soutenir la formation et l’enseignement, contribuer à la recherche diagnostique et thérapeutique.

Le pôle gériatrique sur mesure…
Constatant l’insuffisance de l’offre de soins de court séjour gériatrique locale et l’augmentation des délais d’attente, le CHU de Poitiers a repensé les parcours de la personne âgée. Résultat : la création d’un pôle gériatrique comprenant trois filières : sanitaire, maladie d’Alzheimer et hébergement. La signature au printemps d’une convention tripartite avec le président du Conseil général et le directeur de l’Agence régionale de l’hospitalisation du Poitou-Charentes a été une étape déterminante dans la mise en oeuvre du projet gériatrique. Elle implique notamment le renforcement des effectifs médicaux et soignants au lit du malade (ratio soins à 0,64 équivalent temps plein agent/lit du malade pour les unités spécialisées contre 0,43 actuellement) ainsi que des compétences en auxiliaires médicaux (kinésithérapeutes, orthophonistes, ergothérapeutes, psychologues), et la revalorisation les budgets pharmaceutiques et prestations médico-techniques.
La filière sanitaire regroupe la médecine, les soins de suite, les soins de longue durée médicalisés, les consultations gériatriques, de mémoire, les équipes mobiles. Elle se poursuit en dehors du CHU grâce au réseau gérontologique ville-hôpital. Elle comprend 43 lits de médecine, 116 lits de soins de suite et de réadaptation, 15 places d’hôpital de jour.
La filière Alzheimer propose un suivi des pathologies liées à la démence. Elle dispose de consultations et de centre mémoire ressources et recherche régional, de 15 places d’hôpital de jour de diagnostic et de suivi, d’une unité d’hospitalisation de 24 lits de psychogériatrie, de 5 places d’hébergement temporaire et de 12 places d’accueil de jour.

… et une architecture adaptée
Enfin les architectures d’hébergement devront satisfaire les contraintes liées à l’accueil des personnes en perte d’autonomie tout en garantissant l’équilibre entre la qualité des espaces de vie et le maintien du lien social. (300 lits d’hébergement sanitaire et médico-social). Sur le site de l’hôpital de la Milétrie, le pavillon Camille Claudel, inauguré le 27 octobre 2006, accueille aujourd’hui deux unités de soins de suite et de réadaptation ainsi que l’hôpital de jour gériatrique. La nouvelle orientation médicale de ce bâtiment ainsi que la double perspective, en 2009, d’une affectation intégrale à la gériatrie d’un pavillon déjà existant et d’une construction d’un bâtiment neuf de 155 lits et places pour les filières Alzheimer et « hospitalo-requérants », ont amené le pôle gériatrie à proposer une nouvelle dénomination pour les sites désormais exclusivement dédiés à la prise en charge des personnes âgées malades : Camille Claudel (ex pavillon Georges Heuyer), Auguste Rodin et Aristide Maillol (pour l’affectation du bâtiment Maurice Salles et la nouvelle construction en 2009).
Enfin, des jardins thérapeutique et de rééducation ont été aménagés autour du bâtiment Camille Claudel sur le site de la Milétrie. Le jardin thérapeutique accueillera les patients atteints par la maladie d’Alzheimer qui pourront s’y reposer et déambuler en exerçant leurs sens. Un potager, une fontaine et des terrasses de rencontres y seront disposés. Le jardin de rééducation, situé de l’autre côté du bâtiment, permettra aux patients de se réadapter avant leur retour à la vie courante. Accompagnés par des kinésithérapeutes et ergothérapeutes, ils travailleront avec les structures mises en place (rampes, poutres, pas japonais, pavés,…). Les plantations seront effectuées en novembre.
Quant aux unités d’hébergement et de soins de personnes âgées sur le site de l’hôpital Pasteur (150 lits), elles seront maintenues mais leur gestion sera confiée au C.C.A.S. de la Ville de Poitiers et à un opérateur privé. Pour financer ses investissements, le CHU recevra dès 2006 plus de 955 000 € au titre de la dotation soins pour l’accompagnement de la mise en oeuvre de ses unités spécialisées (soit + 9 IDE, + 8,60 AS et + 1,65 auxiliaires médicaux) et ce jusqu’à l’ouverture des nouvelles unités sur le site de la Milétrie en 2008.

Programme de construction
Un bâtiment dédié à l’Alzheimer et aux « hospitalo-requérants » sera édifié sur le site de la Milétrie, à proximité des unités de court et moyen séjour d’Heuyer et de Maurice Salles, mais aussi du plateau médico-technique et logistique du CHU. Il comprendra :
– 90 lits pour les hospitalo-requérants
– 65 lits et places pour les patients atteints de la maladie d’Alzheimer.
Surface : 9300 m² dans oeuvre
Montant prévisionnel de l’opération : 12,8 millions d’euros TDC
Soit 11,13 millions d’euros pour le bâtiment et 1,67 millions d’euros pour les équipements hôteliers
Financement assuré pour moitié par auto-financement issu du produit de la cession du site de Pasteur (50 %) et par des subventions de l’Etat et du Département et par l’emprunt
Les travaux débuteront le 2ème semestre 2008

La demande de soins
Au plan national, la population des plus de 85 ans augmentera de 460 000 entre 2005 et 2010, de près de 800 000 en 2015 et doublera d’ici 2030 pour atteindre 2,3 millions. 30 % sont catégorisés « fragiles » sur le plan médical, fonctionnel, psychologique et socio-affectif justifiant des stratégies de prévention et de soins impliquant l’hôpital. 10 % souffrent d’une polypathologie chronique, évoluée, génératrice de handicaps et d’isolement social nécessitant une prise en charge gériatrique en structure hospitalière.
Concernant les pathologies démentielles, 17 % de la tranche d’âge des plus de 75 ans sont atteints par la maladie d’Alzheimer et troubles apparentés, soit 769 000 en 2004. Au-delà de 90 ans, le taux de prévalence passe à 47 % de la population concernée. Chaque année, on enregistre 140 000 cas nouveaux. La maladie est responsable de plus de 60 % de la dépendance du sujet âgé. Au plan départemental, les personnes atteintes seraient proches de 6 300 dont 2 500 en institutions pas ou peu adaptées à leur prise en charge

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.