Simone Veil : une très grande dame s’en est allée…

Simone Veil, ancienne déportée, ancienne ministre de la santé et icône des droits des femmes s’est éteinte ce vendredi 30 juin à l’âge de 89 ans. «Puisse son exemple inspirer nos compatriotes, qui y trouveront le meilleur de la France», lui rendu hommage le Président Macron.

Simone Veil, ancienne déportée, ancienne ministre de la Santé, icône des droits des femmes, s’est éteinte ce vendredi 30 juin à l’âge de 89 ans. «Puisse son exemple inspirer nos compatriotes, qui y trouveront le meilleur de la France», lui a rendu hommage le Président Macron
Le Premier ministre Edouard Philippe a salué celle qui "restera le visage d’une République debout, humaine, généreuse". Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a elle rendu hommage à "la femme de conviction, à l’européenne engagée et  à la ministre courageuse qui a mené le combat en faveur des droits des femmes".
Une femme de tous les courages
Simone Veil, née Jacob le 13 juillet 1927 à Nice de parents juifs allemands, avait été déportée à Auschwitz à l’âge de 16 ans. Rescapée de la Shoah, celle qui fut le matricule 78651, n’eut de cesse de placer au cœur de ses combats politiques ceux de la liberté et de l’humanité.
Ministre la Santé, elle fit voter en novembre 1974, la loi autorisant en France, l’interruption volontaire de grossesse.

A la tribune de l’Assemblée nationale, sous les attaques et les insultes, y comprix de son propre camp, elle déclarait : "L’avortement doit rester l’exception, l’ultime recours pour des situations sans issue".
"La France perd une de ses grandes consciences (…) Dignité de l’enfant juive jetée dans l’abîme de la Shoah qui devint, pour toutes les Françaises et tous les Français, une haute figure morale", a pour sa part déclaré  l’ex-président  Francois Hollande.
De la magistrature au ministère de la Santé
Simone Jacob rencontre à Sciences-Po son futur mari Antoine Veil. Ils auront trois enfants. Mme Veil commence en 1956 sa carrière dans la magistrature, elle deviendra la première femme à devenir secrétaire général du Conseil supérieur de la magistrature (1970-74).
Entrée en politique en 1974, comme ministre de la Santé de Valery Giscard d’Estaing, elle le demeurera dans les trois gouvernements Barre, se voyant adjoindre la Sécurité sociale en 1977-78, et la Famille en 1978-79. 
Une européenne convaincue
De 1979 à 1982, elle est la première présidente du Parlement européen, nouvellement élu au suffrage universel. Européenne convaincue, cette survivante de la déportation fut  une précurseuse dans la réconciliation franco-allemande. "Dès 1945, elle explique autour d’elle qu’il n’y a aucun autre choix pour faire l’Europe que de se réconcilier avec le peuple allemand, souligne son biographe, le journaliste Maurice Szafran. Réélue en 1984 et 1989, elle siègera au Parlement jusqu’en 1993. 
Une inoubliable "immortelle"
Simone Veil a du reste été ministre d’État, ministre des Affaires sociales, de la Santé et de la Ville, et « numéro deux » dans le gouvernement Édouard Balladur, puis siège au Conseil constitutionnel de 1998 à 2007. 
Le 18 mars 2010, elle avait fait son entrée à l’Académie française, devenant ainsi la sixième femme "immortelle" de l’histoire.  Elle le restera dans le cœur des Français dont elle fut, à raison, tout au long de sa vie, l’une des personnalités préférées. 
Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.