La greffe rénale enfin possible aux Antilles-Guyane

Le Lundi 26 Avril 2004, l'équipe de greffe rénale «AG7RA» a été déclarée ouverte sur le site du CHU de Pointe-à-Pitre. Cette nouvelle équipe, qui est la première créée en France depuis 1990, a pour mission d'offrir aux Guadeloupéens, Martiniquais et Guyanais la meilleure méthode thérapeutique de la maladie rénale chronique: la transplantation rénale.

Le Lundi 26 Avril 2004, l’équipe de greffe rénale «AG7RA» a été déclarée ouverte sur le site du CHU de Pointe-à-Pitre. Cette nouvelle équipe, qui est la première créée en France depuis 1990, a pour mission d’offrir aux Guadeloupéens, Martiniquais et Guyanais la meilleure méthode thérapeutique de la maladie rénale chronique: la transplantation rénale.

La maladie rénale chronique est un problème majeur de santé publique aux Caraïbes.

Le nombre de personnes souffrant de maladies rénales (principalement liées à l’hypertension artérielle et au diabète) et traités par dialyse, est deux fois plus important parmi les populations créoles et indo-créoles que chez les européens.

Jusqu’à ce jour, les dialysés résidant aux Antilles et en Guyane devaient, s’ils souhaitaient être greffés, être inscrits sur la liste d’attente d’une équipe métropolitaine (habituellement à Paris). Or, le nombre de greffes réalisées en Métropole est insuffisant et défavorise depuis de nombreuses années les malades résidant Outre-Mer. C’est pourquoi il s’avérait indispensable de constituer une équipe régionale qui assurerait les greffes, éviterait, du fait de sa proximité, les déplacements coûteux et pénibles des patients et améliorerait les conditions de leur suivi.

Cette étape marque l’aboutissement d’un long processus administratif et d’un considérable travail d’organisation. Elle a été précédée en 1994, jalon essentiel, de la mise en place de l’activité de prélèvement d’organes sur personne en état de mort encéphalique, grâce à l’action sans relâche de praticiens du CHU et au soutien des services de l’Etablissement Français des Greffes.

A côté de l’activité de prélèvement s’est constituée, une équipe multidisciplinaire, dont le noyau dur est le pôle universitaire régional de néphrologie  urologie et transplantation rénale, qui a pour vocation de développer l’offre de soins dans le domaine des maladies du rein et de l’appareil urinaire. S’y est adjointe, au sein du laboratoire d’immuno-hématologie, l’activité d’histocompatibilité d’urgence. A un titre ou à un autre, tous les services de soins et médico-techniques du CHU ont participé à ce projet transversal. Enfin, un réseau de soins s’est constitué avec les services de néphrologie, les laboratoires et les acteurs du prélèvement d’organe en Martinique et en Guyane.

Le 1er juin 2004, l’équipe de greffe rénale du CHU de Pointe-à-Pitre à réalisé dans d’excellentes conditions les deux premières transplantations rénales.

Le CHU de Pointe-à-Pitre a rejoint (pour le bénéfice des malades des Départements Français d’Amérique.) la grande aventure de la greffe, tout juste née il y a 50 ans à Paris, à l’hôpital Necker. « Gageons que ce moment augure le futur essor de notre hôpital Universitaire » se réjouit Christian Jolivière, Directeur Général du CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.