La Maison des adolescents du Finistère : une construction collective

« Accueillir les adolescents, mieux prendre en compte leurs difficultés et celles de leur entourage, resserrer les liens entre les intervenants du monde de la jeunesse : santé, éducation, justice, culture, sport, sécurité», telle est la vocation de la Maisons des adolescents du Finistère. Porté depuis 2005 par le CHU de Brest et piloté par les services de psychiatrie, les représentants de la Protection Judiciaire de la Jeunesse et de la Ville de Brest, ce nouveau lieu d'accueil a ouvert ses portes en juin dernier. Rattaché au pôle psychiatrie, il est placé sous la responsabilité du Pr Michel Walter.

« Accueillir les adolescents, mieux prendre en compte leurs difficultés et celles de leur entourage, resserrer les liens entre les intervenants du monde de la jeunesse : santé, éducation, justice, culture, sport, sécurité», telle est la vocation de la Maisons des adolescents du Finistère. Porté depuis 2005 par le CHU de Brest et piloté par les services de psychiatrie, les représentants de la Protection Judiciaire de la Jeunesse et de la Ville de Brest, ce nouveau lieu d’accueil a ouvert ses portes en juin dernier. Rattaché au pôle psychiatrie, il est placé sous la responsabilité du Pr Michel Walter.

Les différents temps de l’intervention
Accueil, écoute, évaluation, information, orientation, assuré par deux infirmières.

Consultations : Psychologiques, psychiatriques, somatiques (médicales, sages-femmes, diététiques). La Maison Des Adolescents n’a pas pour vocation d’être un centre de consultations. Celles qui y seront proposées seront toutes subordonnées à l’évaluation des infirmières de 1ère ligne. Les jeunes nécessitant une prise en charge spécifique seront, le cas échéant, adressés vers les lieux de consultations ou services extérieurs ad hoc ;
Groupes d’expression thérapeutiques (ex. : groupe de parole pour jeunes concernés par une problématique de santé donnée) ;
Animations collectives (informations sur des thèmes spécifiques dans un objectif de prévention et/ou d’éducation à la santé : rapport à l’alcool et aux toxiques, alimentation, sexualité …).
Travail en réseau : soutien aux professionnels, participation à des synthèses, animation de réunions, de séances d’informations, de sessions de formation, accompagnement de projets individuels en partenariat avec d’autres services … ;
Recherche

Composition de l’équipe: L’équipe comprend un psychologue coordonnateur, des infirmières, 3 médecins (un psychiatre, un généraliste, un pédiatre), une sage-femme, une diététicienne et une secrétaire. La création d’un temps de travailleur social est à l’étude.
La maison des adolescents fonctionne en réseau avec d’autres unités de soins comme la psychiatrie infanto-juvénile (moins de 16 ans) ou la cellule de prévention des conduites suicidaires ou encore l’Accueil Drogue Information, services de pédiatrie, avec les professionnels de santé souvent en première ligne face à la détresse des adolescents (généralistes, psychiatres, santé scolaire, services de santé publique de la ville…). Elle a aussi instauré un maillage avec les institutions sociales, socio-éducatives : centre de planification familiale, mission locale pour l’insertion sociale et professionnelle des jeunes, Bureau Information Jeunesse, Protection Judiciaire de la Jeunesse, l’Association Nationale pour la Prévention en Alcoologie et Addictologie.

La Maison Des Adolescents du Finistère s’appuiera également sur la dynamique départementale soutenue par la DDASS et le Conseil Général, à l’origine de la création de 3 Points d’Accueil Ecoute Jeunes et de l’association PASAJ. Dans ces structures, les psychologues proposent aux jeunes de 12 à 25 ans une écoute téléphonique, des échanges par textos, courriels ou blogs.

Maison Des adolescents
Installée provisoirement au Centre Médico-psychologique de la rue SAINT-SAENS, elle invistera ses locaux définitifs à la fin du 1er trimestre 2009 : Hôpital Morvan, bâtiment 1, au-dessus de la DRH
Tél. 02 98 22 38 67

Définition de l’adolescence
Période de la vie marquée par l’avènement de la puberté et son cortège de transformations corporelles, l’adolescence s’inscrit dans le biologique. Ces changements ont des incidences psychologiques et sociales notables. L’adolescent est amené à modifier profondément le rapport qu’il entretient vis-à-vis de lui-même et vis-à-vis des autres. Ces remaniements psychiques personnels et relationnels étaient dans les sociétés traditionnelles encadrés par des rites sociaux clairement codifiés qui permettaient, en peu de temps, à l’enfant d’accéder à un statut d’adulte. Dans la société contemporaine la période adolescente s’étire dans la durée, au point que les critères précis de son terme sont difficiles à définir. Ils sont de plus en plus associés aujourd’hui à la fin de la dépendance socio-économique.

Les troubles de l’adolescence
L’adolescence est susceptible de générer des tensions internes et/ou relationnelles dont l’intensité varie selon les individus et selon les moments. Pour certains, elle peut passer quasiment inaperçue ; pour d’autres, elle peut se manifester par des désordres psychiques à expression diverse : états dépressifs, agressivité, déscolarisation, scarifications, … elle va parfois jusqu’à produire un chaos majeur : idées et/ou tentatives de suicide, conduites de risque, surconsommation de toxiques ou d’alcool.

Cadre politique national
La récente impulsion de l’Etat en faveur de lieux d’accueil et d’écoute pour les adolescents
1999 : Ouverture de la première Maison Des Adolescents au Havre
2001 : Claire Brisset, défenseure des enfants, préconise la généralisation de lieux d’accueil pluridisciplinaire pour les adolescents, leur famille et leur entourage : « L’objectif d’une Maison des Adolescents n’est pas d’ajouter une structure ou un dispositif à ceux déjà existants. Au contraire, il s’agit d’utiliser toutes les compétences des institutions pour les mettre en réseau et les rendre complémentaires. »
2002 : Lors de la journée nationale des droits des enfants, le Président Chirac en souhaite clairement l’implantation dans chaque département
2004 : La Conférence de la Famille confirme les mesures gouvernementales en faveur du développement des Maisons Des Adolescents sur tout le territoire national
2005 : Publication d’un cahier des charges des Maisons Des Adolescents
2008 : Dans son plan « Santé des jeunes », Mme le Ministre, Roselyne Bachelot, propose des mesures complémentaires en faveur du développement des Maisons Des Adolescents.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.