la Martinique dispose d’un registre de donneurs de moelle osseuse

Un dispositif attendu par les malades antillais qui n'ont pour seul espoir de guérison que la greffe de moelle. En effet, ces patients ne trouvaient pas de donneur compatible dans les registres nationaux et internationaux où les groupes HLA sont peu représentés alors qu'ils sont fréquents dans la population antillaise, population métissée.

Ce dispositif était attendu par les malades antillais qui n’ont pour seul espoir de guérison que la greffe de moelle. En effet, ces patients ne trouvaient pas de donneur compatible dans les registres nationaux et internationaux où les groupes HLA sont peu représentés alors qu’ils sont fréquents dans la population antillaise, population métissée.


Les indications de greffe de moelle osseuse

Sont en attente de greffe de moelle osseuse, les malades enfants ou adultes, dont la moelle osseuse ne fonctionne plus « aplasie » ou est envahie par des cellules cancéreuses « leucémie ». Il faut alors la remplacer par une moelle saine provenant d’un individu identique au niveau des groupes tissulaires HLA. C’est parmi les frères et les soeurs que l’on trouve le plus facilement des individus ayant le même groupe tissulaire ou encore parmi les individus issus des mêmes origines génétiques ; mais les registres traditionnels répertorient peu de groupes HLA de la population antillaise.


S’inscrire sur le registre

Le CHU de Fort-de-France invite toute personne âgée de 18 à 50 ans à devenir donneur de moelle. Pour ce faire le donneur doit s’adresser à Antilles Don de Moelle au 05.96.55.24.50 ou par e.mail : href= »mailto:AntillesDonDeMoelle@chu-fortdefrance.fr ».
Il sera ensuite convoqué à un rendez-vous pour un examen médical et pour une prise de sang afin de déterminer son groupage tissulaire HLA et les marqueurs infectieux des maladies transmissibles (hépatites, VIH&)
Si le bilan ne montre pas de contre-indication, le donneur figurera sur le registre antillais qui est relié au registre national des donneurs volontaires de France Greffe de Moelle, lui même en communication avec les registres internationaux.


Procédure pour donner sa moelle osseuse

La chaîne du don ne se limite pas aux frontières d’un territoire. Un donneur est susceptible de donner une fois dans sa vie sa moelle à un patient d’un autre pays. Si un donneur martiniquais a la même identité HLA qu’un malade, le donneur devra  dans un premier temps- se rendre à Paris, à l’Institut Gustave Roussy ; les frais d’hospitalisation et de déplacement étant en charge par France Greffe de Moelle. Le don restera anonyme mais le donneur pourra avoir des nouvelles du greffé.
Pour que la greffe réussisse, la moelle osseuse greffée et le corps du malade doivent s’accepter mutuellement. C’est pourquoi il faut greffer au malade une moelle aussi identique que possible à la sienne.


« Le registre est le seul espoir pour les 70% de malades qui n’ont pas de donneurs HLA identiques dans leur fratrie et qui ont besoin d’une greffe de moelle. Il faut un très grand nombre de donneurs potentiels pour qu’un malade antillais ait une chance de trouver un donneur compatible » explique le Dr O. Bera.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.