La Maternité du CHU de Dijon : une structure référente régionale

L'inauguration de la Maternité du CHU de Dijon, le 8 avril dernier, a marqué l'aboutissement de sept années de travaux de rénovation. Locaux neufs, hôtellerie confortable, décor chaleureux, chambres en grande majorité individuelles avec sanitaires, mais aussi sécurité et plateau technique de haute technicité sont autant d'atouts incontestables favorisant la prise en charge des patientes, de l'adolescente aux femmes à l'âge plus avancé.

L’inauguration de la Maternité du CHU de Dijon, le 8 avril dernier, a marqué l’aboutissement de sept années de travaux de rénovation. Locaux neufs, hôtellerie confortable, décor chaleureux, chambres en grande majorité individuelles avec sanitaires, mais aussi sécurité et plateau technique de haute technicité sont autant d’atouts incontestables favorisant la prise en charge des patientes, de l’adolescente aux femmes à l’âge plus avancé.

De la plus petite maternité de l’ensemble des CHU du territoire français, où l’on comptait moins de 1500 naissances par an en 1994, la structure a su développer au fil des 15 dernières années ses 4 missions principales, faisant d’elle un véritable pôle de compétitivité : prise en charge des grossesses (à bas risque et à haut risque maternel, foetal et/ou néonatal), diagnostic prénatal, chirurgie gynécologique et traitements de la stérilité.

Avec pour particularité d’offrir un réel équilibre entre ces 4 missions, le Pôle Gynécologie-Obstétrique du CHU est l’unique structure de niveau III du Réseau Périnatal de Bourgogne, et la seule à proposer des centres référents en diagnostic prénatal et en traitement de la stérilité conjugale pour l’ensemble de la région.

Ce nouvel outil architectural, récemment inauguré, est désormais la dernière pierre à l’édifice qu’il manquait au pôle pour atteindre toute son excellence.

Plus d’informations : href= »http://www.chu-dijon.fr/page.php?url=vous-etes/professionnel/medias/communiques-de-presse/liste-des-communiques-2009″ target= »_blank »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.