La médecine hyperbare en congrès à Toulouse

On connaissait l'intérêt du caisson hyperbare en cas d'accident de plongée. On lui découvre de nouvelles indications contre les infections osseuses chroniques, les complications tardives de la radiothérapie, la cicatrisation des plaies chroniques... Pour faire le point sur cette thérapeutique en plein essor, des experts internationaux interviendront à Toulouse, lors de la journée d’automne de la Société de Physiologie et de Médecine Subaquatiques et Hyperbares de langue française, le 10 novembre 2012

On connaissait l’intérêt du caisson hyperbare en cas d’accident de plongée. On lui découvre de nouvelles indications contre les infections osseuses chroniques, les complications tardives de la radiothérapie, la cicatrisation des plaies chroniques… Pour faire le point sur cette thérapeutique en plein essor, des experts internationaux interviendront à Toulouse, lors de la journée d’automne de la Société de Physiologie et de Médecine Subaquatiques et Hyperbares de langue française, le 10 novembre 2012. Ce colloque ouvert à tous est organisé par le Centre de médecine hyperbare  toulousain sous la responsabilité du Pr. Michèle Genestal.
La matinée sera consacrée à l’apport de l’oxygénothérapie hyperbare (OHB) au traitement des infections osseuses chroniques et des complications tardives de la radiothérapie.
L’après-midi sera dédié à la prévention et au traitement des accidents de plongée professionnelle (plateformes pétrolières), militaire et de loisir en particulier spéléologique utilisant les mélanges gazeux Nitrox, Trimix.
Déroulement des soins
Durant 2 heures, le patient inhale de l’oxygène à une pression supérieure à la pression  atmosphérique dans une chambre hyperbare appelée caisson. Celui du CHU de Toulouse allie confort, qualité et sécurité des soins. Installé en 2011 à l’Hôpital Purpan, ce caisson de troisième génération est doté de deux chambres hyperbares qui permettent de traiter simultanément vingt-deux patients assis ou huit allongés. Médecins et infirmiers spécialisés assurent les soins aussi bien en hôpital de jour qu’en urgence et en réanimation 24h/24 tous les jours de l’année, en lien avec les organismes de soins et de sécurité de la région.
Les nouvelles indications de la médecine hyperbare
L’OHB est utilisée en urgence pour le traitement des accidents de décompression liés à la plongée et le traitement des intoxications au monoxyde de carbone. L’OHB est également efficace pour la cicatrisation des plaies chroniques du diabète en association aux traitements médico-chirurgicaux, pour les traumatismes complexes et les complications tardives de la radiothérapie. A la fois préventives et curatives, les nouvelles indications, issues de la recherche clinique et fondamentale, sont développées dans le cadre de filières de soins en collaboration avec les autres spécialités médico-chirurgicales.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.