Médecine nucléaire : le CHUGA à la pointe

La médecine nucléaire du CHU Grenoble Alpes a renouvelé un Tomographe par Emission de Positons (TEP) et 2 gamma-caméras avec scanner intégré. Un progrès considérable dans le parcours des patients nécessitant un dépistage précoce ou un suivi des cancers, des maladies cardio-vasculaires, maladies osseuses, pédiatriques et neurologiques.
La médecine nucléaire du CHU Grenoble Alpes a renouvelé un Tomographe par Emission de Positons (TEP) et 2 gamma-caméras avec scanner intégré. Un progrès considérable dans le parcours des patients nécessitant un dépistage précoce ou un suivi des cancers, des maladies cardio-vasculaires, maladies osseuses, pédiatriques et neurologiques.
Plus rapide et plus sensible, le nouveau TEP requiert l’injection d’une plus faible quantité de produit radioactif, un gain important pour le patient qui sera moins exposé.
Quant aux gamma-caméras, le CHU Grenoble Alpes a acquis un scanner intégré permettant de superposer l’image RX morphologique à l’image fonctionnelle.
Dans les deux cas, l’objectif est d’explorer avec la plus grande précision les organes . « L’arrivée de ces nouveaux équipements de dernière génération constitue un progrès considérable pour la prise en charge de nos patients », confie le Pr Jean-Philippe Vuillez, chef de service de Médecine Nucléaire au CHUGA. Et d’ajouter : « Ils nous permettent  de réaliser des examens plus rapides, plus pertinents et plus confortable pour le patient. » 
Le service de médecine nucléaire du CHU Grenoble Alpes est un service d’imagerie fonctionnelle polyvalent comportant toutes les techniques d’imagerie scintigraphique (gamma-caméra et TEP) ainsi qu’une unité d’hospitalisation.
Son activité est principalement consacrée à l’imagerie cardio-vasculaire, cancérologique, osseuse, pédiatrique et neurologique. Quant aux soins, ils se concentrent sur le traitement du cancer thyroïdien, des hyperthyroïdies, le traitement antalgique des métastases osseuses et l’étude de thérapeutiques innovantes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.