La nomenclature des fournitures et prestations de services actualisée

La Commission Achat - Logistique (CAL), qui réunit les Directeurs des Achats et de la Logistique des 52 hôpitaux membres du GCS Uni.H.A,* poursuit l'actualisation de la nomenclature commune des fournitures et prestations de services homogènes. La version actuelle a été mise en oeuvre en 2008.

La Commission Achat – Logistique (CAL), qui réunit les Directeurs des Achats et de la Logistique des 52 hôpitaux membres du GCS Uni.H.A,* poursuit l’actualisation de la nomenclature commune des fournitures et prestations de services homogènes. La version actuelle a été mise en oeuvre en 2008.

Ce référentiel commun comprend 55 grandes familles de produits couvrant tous les domaines des achats hospitaliers : la restauration, les médicaments et dispositifs médicaux, les consommations en informatique, bureautique et consommables et l’entretien ainsi que les services : transports, télécommunications, postes… Au total, le catalogue des achats hospitaliers recensent plus de 659 catégories homogènes de produits.

Ce travail confié à un groupe multidisciplinaire (Acheteurs – Juristes – Ingénieurs – Pharmaciens), a été successivement coordonné par les CHU de Dijon, puis de Bordeaux. Essentielle au pilotage des achats, l’utilisation d’une nomenclature facilite le benchmarking par grandes familles de produits et la comparaison des enveloppes budgétaires dédiées à chacune d’elles.

Cette actualisation fait suite à la version du Code des Marchés Publics publiée en 2004. Pour la partie médicaments, une mise en cohérence avec la classification ATC a été recherchée (Anatomical Thérapeutique Clinical). La même démarche de mise ne cohérence a été suivie pour les dispositifs médicaux selon CLADIMED (classification des dispositifs médicaux). Une démarche complémentaire sera menée pour les achats destinés à la recherche et à l’innovation.

A propos du GCS Uni.H.A.
*GCS Uni.H.A : Fondé en 2005, le Groupement de coopération sanitaire Union des Hôpitaux pour les Achats réunit 52 établissements : 31 CHRU et les 21 plus grands CH qui représentent 45% du marché hospitalier public français soit 7,5 milliards d’euros. Le GCS Uni H.A. fonctionne en réseau avec une entité centrale (équipe GCS Uni.H.A) et des structures achat opérationnelles coordonnées par des hospitaliers et implantées dans l’hôpital

Objectif massifier les achats, capitaliser les bénéfices des démarches entreprises par les établissements pour rendre plus efficients leurs achats ainsi que leur logistique et pousser plus avant ces initiatives. Une évolution rendue nécessaire dans un contexte de fortes tensions budgétaires, de globalisation des marchés et des échanges, de moins en moins soumis à des déterminismes seulement nationaux.

Grâce à ce regroupement, les établissements ont affirmé leur position de premier plan sur le marché et pu acheter à des prix plus intéressants. Depuis deux ans, cette structure génère des économies négociant à grande échelle, en harmonisant les procédures et les organisations les plus performantes et en créant une expertise hospitalière dans le domaine des achats et de l’organisation. Son modèle économique « la coopérativité » : création d’expertise par la mise en commun des compétences et expériences des membres du groupement et par la mise en place de solutions concertées.
Le programme démarré dès la fin 2005 a porté sur 26 segments d’achats dans les filières restauration – hôtellerie, médicaments et dispositifs médicaux, bureautique, fournitures des services de soins. En 2006, le périmètre d’achats traités s’élevait à 379 millions d’euros pour un gain de 18 millions d’euros soit 4,8%. En 2007, la campagne correspondait à 350 millions d’euros et a généré un gain de 29 millions d’euros soit 8,2%.

En 2008 les travaux d’Uni H.A. portent notamment sur les politiques de voyages. Actuellement, les procédures internes des établissements en matière d’achat de transport sont étudiées par les attachés d’administration qui répertorient les exigences et contraintes des personnels hospitaliers en matière de déplacements. Les critères retenus et les quantités évaluées permettent d’élaborer un cahier des charges et de nouvelles procédures qui généreront des gains sur les billets et des économies en termes de ressources humaines (réduction des coûts notamment le temps passé en réservation et en confirmation…)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.