La nouvelle politique de recherche

Le Directeur Général de l'Inserm, la Présidente de l'Université de Nice Sophia-Antipolis et le Directeur Général du CHU de Nice ont signé la Charte Constitutive du Comité de Coordination de la Recherche (CCR)*.

Le Comité de coordination de la recherche

Instance d’échange et de concertation, le Comité de Coordination de la Recherche doit permettre de mieux coordonner les politiques et les actions entre les différents acteurs de la recherche et de promouvoir la Recherche sur la région Paca-Est.

Les missions du Comité de Coordination de la Recherche Biomédicale Niçoise

Le Comité de Coordination de la Recherche est avant tout une instance consultative de concertation et de proposition. Il a pour mission :
· de permettre une identification des forces présentes en matière de Recherche
· de repérer et d’accompagner les équipes émergentes susceptibles de contribuer à la dynamique de recherche dans les différentes dimensions fondamentale, médicale, clinique, en santé publique ou en génie biologique et médical, en s’appuyant notamment sur les instances existantes
· de favoriser la continuité et le développement des interfaces entre ces différentes dimensions de la recherche
· de susciter l’élaboration de projets de recherche qui peuvent s’inscrire notamment dans le cadre des programmes nationaux et internationaux de recherche.

Le Comité de Coordination de la Recherche est composé de 18 membres permanents qui représentent les instances suivantes :

· l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (Inserm) ;
· l’Université de Nice Sohia-Antipolis ;
· les Instituts Fédératifs de Recherche (IFR)
· le Centre Hospitalier Universitaire de Nice (CHU).
Les invités permanents :
· le Centre Antoine Lacassagne ;
· le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS).
D’autres Etablissements publics scientifiques et techniques peuvent être associés aux travaux du Comité des représentants afin de favoriser le développement concerté et la dynamique de la recherche :
· L’institut National de Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA)
· L’Institut National de Recherches Agroalimentaires (INRA).
Fonctionnement du Comité de Coordination de la recherche.
Le Comité est régi par un règlement intérieur qui fixe les modalités pratiques d’organisation et de fonctionnement.

Un bureau, qui a pour mission d’assurer l’animation des travaux en dehors des réunions, est constitué au sein du Comité. Il est composé :

· d’un Président (qui est également le Président du CCR)
· de deux vice-Présidents.
Le Comité peut, s’il le souhaite, procéder à la constitution de groupes de travail chargés d’approfondir la réflexion sur des thèmes particuliers. Les réflexions et les travaux du Comité sont pris en compte dans le cadre de l’élaboration de la politique régionale de l’inserm et lors de l’examen du Contrat quadriennal de l’Université et de l’élaboration du Projet d’établissement du CHU de Nice.

*La charte a été signée en le 30 juin 2001

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.