La Paris Healthcare Week : matrice du système de santé de demain

La Paris Healtcare Week ouvrira ses portes 9 jours après le second tour des présidentielles ce qui la placera au cœur de l’actualité santé voire de l’actualité tout court. En avant-première, David Gruson, délégué général de la FHF, maître d’œuvre de l’événement, répond aux questions de RESEAU CHU. Il rappelle la vocation de cette manifestation et présente les temps forts de l’édition 2017.
La Paris Healtcare Week ouvrira ses portes 9 jours après le second tour des présidentielles ce qui la placera au cœur de l’actualité santé voire de l’actualité tout court. En avant-première, David Gruson, délégué général de la Fédération Hospitalière de France (FHF), maître d’œuvre de l’événement, répond aux questions de RESEAU CHU. Il rappelle la vocation de cette manifestation et présente les temps forts de l’édition 2017.
RESEAU CHU : Depuis la création des Assises Nationales de l’hospitalisation publique au début des années 60, le grand rendez-vous des hospitaliers s’est mué en une Paris Healtcare Week, la plus importante manifestation hospitalière en France qui accueillera près de 30 000 visiteurs les 16, 17 et 18 mai 2017. Que vous inspire cette longévité ?
David Gruson – A l’image de l’hôpital qui ne cesse d’évoluer, le salon a grandi et transformé, ramifié  au rythme des adaptations du secteur. Il réunit désormais sous une seule et même bannière les 3 grandes manifestations de la Fédération : HôpitalExpo, GerontHandicapExpo, le salon HIT et accueille depuis mai 2016 le salon Intermeditech, ainsi que le Salon Infirmier, sur près de 40.000m² Porte de Versailles. En 52 ans, il n’a cessé d’accompagner l’hôpital, le préparant aux nouveaux défis tout en sachant préserver l’identité de ce service public si cher au cœur des français. Cette double vocation se retrouve dans les grandes conférences de la FHF qui viennent complétées les nombreuses agoras du salon, plutôt orientées « technique » et « retours d’expérience ».
Et la formule séduit. Je me réjouis d’une fréquentation des visiteurs en hausse +16% l’année dernière avec 30 000 entrées et cette année, nous enregistrons déjà une augmentation du nombre d’exposants, près de 700 contre 620 en 2016. Un record ! Ce succès vient confirmer notre stratégie d’ouverture auprès des professionnels de santé. Pour la 1ère fois nous allons convier les praticiens au village de l’attractivité médicale « Attractive Med », enjeu prioritaire de la plateforme de la FHF. En effet, le tour de France que j’ai accompli avec Frédéric Valletoux, Président de la FHF, nous a convaincus de promouvoir les initiatives qui donnent envie aux jeunes diplômés de choisir l’exercice médical hospitalier. Nous sommes aussi très attentifs aux soignants au travers du Salon Infirmier qui nous a rejoint. 

A quels grands défis préparent les temps forts de la Paris Healthcare Week 2017 ?
David Gruson – J’en distingue cinq, la poussée numérique, l’organisation des soins en parcours santé préservant l’autonomie du patient, la nouvelle échelle des territoires, le décloisonnement des secteurs sanitaires et médico-sociaux qui va de pair avec l’ouverture sur la ville. Là aussi nous allons valoriser les bonnes pratiques de coopération entre hospitaliers et libéraux. Car la mission de la Paris Healthcare Week est aussi d’être la matrice du système de santé de demain.
Enfin, la recherche-innovation, thème plébiscité en 2016, voit doubler son espace dédié en taille et en durée. Avec le Comité National de Coordination de la Recherche, nous donnerons encore plus de visibilité à la recherche hospitalière en soulignant le rôle majeur des CHU dans ce domaine. Je note aussi que le transfert de la recherche au lit du patient est de plus en plus rapide. Ce que nous pensions être de la science-fiction est bien souvent déjà opérationnel ! Et il n’y a pas que le soin qui progresse à pas de géants, le management aussi comme en témoignera le fonds innovation de la FHF qui mettra en avant de nouveaux modèles organisationnels. 

La Paris Healthcare week se tiendra un peu plus d’une semaine après le second tour des élections, aurez-vous un message politique particulier à faire passer ?
David Gruson – Au moment où s’installera le gouvernement, nous assumerons surtout une responsabilité immédiate, celle de fédérer les synergies pour peser sur l’agenda santé du quinquennat. Nous ferons remonter des réalités qui nous interpellent. Ainsi, chaque jour, les hospitaliers sont sous pression, sous le fardeau des injonctions paradoxales. C’est en déverrouillant, en redonnant de la souplesse et de l’oxygène que l’on apportera la cohérence et la lisibilité qui font défaut aujourd’hui. En 1ère ligne de la République, l’hôpital est le point central d’une nouvelle territorialité numérique et collaborative. Cette évolution impacte tous les métiers et il faut anticiper, préparer et former aux nouvelles compétences nécessaires.
A plus long terme, nous avons la responsabilité de nous poser une question délicate, celle de savoir si nous sommes encore le meilleur système de santé au monde ? Il y a des indicateurs inquiétants et d’autres qui confirment notre rayonnement. Sur ce point les CHU assurent un rôle sans précédent au sein du salon comme dans le système de santé. Aux avant postes, ils tirent vers le haut l’ensemble du secteur grâce à leur engagement dans la recherche-innovation. Ils portent haut à l’export les couleurs de l’excellence en santé made in France.
Marie-Georges Fayn
Information et inscription à la Paris Healthcare Week en ligne sur http://www.parishealthcareweek.com/fr/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.