La Pass : 10 ans et des dizaines de milliers d’ouvertures de droit à l’assurance maladie

Depuis 10 ans, la permanence d'accès aux soins de santé (Pass) de Nantes contribue à la lutte contre les inégalités en santé. Pour éviter que les personnes marginalisées renoncent à se faire soigner ou aient un recours inadéquat au service des urgences, la loi d'orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions a programmé l'ouverture de Pass. Celle Nantes a été conçue dès 1998 par un groupe de travail pluridisciplinaire dans le souci de mieux identifier les situations de précarité, de favoriser l'accès aux droits, de faciliter l'accès aux médicaments, d'instaurer une consultation médico-sociale à visée généraliste, de développer un réseau entre professionnels de santé et du social, d'informer et former les personnels aux problèmes de la précarité.

Depuis 10 ans, la permanence d’accès aux soins de santé (Pass) de Nantes contribue à la lutte contre les inégalités en santé. Pour éviter que les personnes marginalisées renoncent à se faire soigner ou aient un recours inadéquat au service des urgences, la loi d’orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions a programmé l’ouverture de Pass. Celle Nantes a été conçue dès 1998 par un groupe de travail pluridisciplinaire dans le souci de mieux identifier les situations de précarité, de favoriser l’accès aux droits, de faciliter l’accès aux médicaments, d’instaurer une consultation médico-sociale à visée généraliste, de développer un réseau entre professionnels de santé et du social, d’informer et former les personnels aux problèmes de la précarité.

En novembre 1999 la consultation médico-sociale accueille les premières personnes. Baptisée consultation Jean-Guillon (médecin humaniste et ancien professeur d’endocrinologie), elle est installée depuis 2005 dans le bâtiment Tourville. En dehors des étrangers ayant un visa touristique, toute personne malade confrontée à un obstacle dans l’accès aux soins peut s’adresser à la consultation Pass. Chaque année plus indispensable, la Pass qui traitait 2 500 dossiers en 2000 accompagne désormais plus de 8500 personnes par an dont 1 000 nouveaux inscrits. Pour 80% d’entre eux l’absence de couverture sociale est un obstacle aux soins.

Forte de son expertise, la Pass du CHU de Nantes a été labellisée « référente Pays de la Loire » afin de créer une dynamique entre les permanences d’accès aux soins de la région.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’obésité

Elle concerne 17% des adultes en France, a des origines multiples et peut entraîner de nombreuses complications – cardiovasculaires, hépatiques, rénales, respiratoires, dermatologiques, cancers, diabète – : cette maladie, c’est l’obésité. Alors que la journée mondiale le l’obésité a eu lieu le le 4 mars, la rédaction a souhaité lui consacrer un dossier.

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.