La Pass : 10 ans et des dizaines de milliers d’ouvertures de droit à l’assurance maladie

Depuis 10 ans, la permanence d'accès aux soins de santé (Pass) de Nantes contribue à la lutte contre les inégalités en santé. Pour éviter que les personnes marginalisées renoncent à se faire soigner ou aient un recours inadéquat au service des urgences, la loi d'orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions a programmé l'ouverture de Pass. Celle Nantes a été conçue dès 1998 par un groupe de travail pluridisciplinaire dans le souci de mieux identifier les situations de précarité, de favoriser l'accès aux droits, de faciliter l'accès aux médicaments, d'instaurer une consultation médico-sociale à visée généraliste, de développer un réseau entre professionnels de santé et du social, d'informer et former les personnels aux problèmes de la précarité.

Depuis 10 ans, la permanence d’accès aux soins de santé (Pass) de Nantes contribue à la lutte contre les inégalités en santé. Pour éviter que les personnes marginalisées renoncent à se faire soigner ou aient un recours inadéquat au service des urgences, la loi d’orientation du 29 juillet 1998 relative à la lutte contre les exclusions a programmé l’ouverture de Pass. Celle Nantes a été conçue dès 1998 par un groupe de travail pluridisciplinaire dans le souci de mieux identifier les situations de précarité, de favoriser l’accès aux droits, de faciliter l’accès aux médicaments, d’instaurer une consultation médico-sociale à visée généraliste, de développer un réseau entre professionnels de santé et du social, d’informer et former les personnels aux problèmes de la précarité.

En novembre 1999 la consultation médico-sociale accueille les premières personnes. Baptisée consultation Jean-Guillon (médecin humaniste et ancien professeur d’endocrinologie), elle est installée depuis 2005 dans le bâtiment Tourville. En dehors des étrangers ayant un visa touristique, toute personne malade confrontée à un obstacle dans l’accès aux soins peut s’adresser à la consultation Pass. Chaque année plus indispensable, la Pass qui traitait 2 500 dossiers en 2000 accompagne désormais plus de 8500 personnes par an dont 1 000 nouveaux inscrits. Pour 80% d’entre eux l’absence de couverture sociale est un obstacle aux soins.

Forte de son expertise, la Pass du CHU de Nantes a été labellisée « référente Pays de la Loire » afin de créer une dynamique entre les permanences d’accès aux soins de la région.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.