La peau comme un tableau

L'épiderme comme dénominateur commun. Trois plasticiennes exposent la surface des corps dans un lieu tout entier consacré aux soins. Jusqu'au 4 janvier 2016, "Epidermic" entre en conversation avec l'univers hospitalier, celui du CHU de Rouen tout entier dédié aux sciences et à la médecine -"disciplines tout aussi créatives que l'art" selon les trois invitées : Dominique De Beir, Catherine Larré et Frédérique Lucien. Pas si éloignés des salles de soins, leurs travaux expérimentent des variations photographiques et picturales autour du "moi-peau". Cette enveloppe qui dit tant sur son contenu.

L’épiderme comme dénominateur commun. Trois plasticiennes exposent la surface des corps dans un lieu tout entier consacré aux soins. Jusqu’au 4 janvier 2016, "Epidermic" entre en conversation avec l’univers hospitalier, celui du CHU de Rouen tout entier dédié aux sciences et à la médecine -"disciplines tout aussi créatives que l’art" selon les trois invitées : Dominique De Beir, Catherine Larré et Frédérique Lucien. Pas si éloignés des salles de soins, leurs travaux expérimentent des variations photographiques et picturales autour du "moi-peau". Cette enveloppe qui dit tant sur son contenu.

Contemplant la galerie de fragments de derme, le patient, le soignant et le visiteurs sont conviés à une réflexion sur les frontières de soi, sans cesse élargies. Fins observateurs des aspérités d’une protection qu’on voudrait lisse, ils montrent les plis et les replis, les cicatrices et les kystes,  invitant à contempler l’inscription des maux du dedans sur l’écorce charnelle. Des signes qui disent tout haut ce qu’il n’est plus possible de contenir, de dissimuler. La relation au toucher devient essentielle. Sur les cimaises, le corps, la main ont pris le pas sur l’œil impuissant à voir et à lire.  

L’épiderme à rebrousse-poil par trois plasticiens : Dominique De Beir, Catherine Larré et Frédérique Lucien

Les feuilles de Dominique De Beir ont été trempées dans de la cire puis piquées avec un bistouri. Elles sont présentées sur des tables en acier donnant à l’ensemble un caractère clinique et pourtant extrêmement épidermique.

Catherine Larré crée des images fictives, en alternant rétroprojections, superpositions, mises en scène. En intégrant des matières minérales et végétales dans les tissus cellulaires elle transforme en images l’infigurable de la maladie.

Cous, pieds, mains… Frédérique Lucien dessine au fusain des parties du corps fragmenté, à partir de photographies de proches. Tel un pseudo scientifique d’entomologie, elle reprend des éléments séparés qu’elle confronte et associe.

Epidermic se tient simultanément en deux lieux : l’espace culturel du CHU-Hôpitaux de Rouen – Porte 10, hôpital Charles Nicolle, du lundi au vendredi – 9h – 17h et au Muséum d’histoire naturelle de Rouen, du mardi au dimanche – 14h -17h30

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.