La plongée au secours des victimes du terrorisme ?

Evaluer les bénéfices de la plongée sous-marine sur le stress post-traumatique des victimes des attentats de novembre 2015: tel est l’objectif de l’étude DivHope conduite par l’équipe de médecine hyperbare de l’AP-HM, qui se déroule en Guadeloupe du 18 au 30 novembre 2017.
Evaluer les bénéfices de la plongée sous-marine sur le stress post-traumatique des victimes des attentats de novembre 2015: tel est l’objectif de l’étude DivHope conduite par l’équipe de médecine hyperbare de l’AP-HM, qui se déroule en Guadeloupe du 18 au 30 novembre 2017.
Une équipe composée de médecins, de chercheurs et d’instructeurs de plongée suivra une quarantaine de personnes souffrant de stress post-traumatique. Cette étude originale aura pour cadre la réserve Cousteau à Bouillante, en Guadeloupe. Un lieu adapté qui présente toute l’année des conditions de plongée et un climat compatibles avec l’état de stress des sujets (profondeur limitée, température agréable de l’eau, visibilité excellente et absence de courant).

L’occasion pour les victimes de devenir des acteurs de la recherche

Ce sera l’occasion pour les victimes «de devenir les principaux acteurs dans la recherche thérapeutique et non plus de simples consommateurs de soins, ce qui permet de les valoriser et de leur donner espoir en pleine période des commémorations des attentats de novembre 2015», souligne l’équipe médicale.

Le projet est mené par le médecin en chef Marion Trousselard de l’Institut de recherche biomédicale des armées (IRBA), et l’équipe de médecine hyperbare de l’AP-HM, sous la houlette du Dr Mathieu Coulange. Il est coordonné par Frédéric Bénéton avec l’appui de la Fondation d’Aide aux Victimes du Terrorisme. La partie plongée est organisée par Vincent Meurice et soutenue par l’entreprise marseillaise Beuchat.
«Cet essai clinique vient dans la continuité de l’étude DivStress, réalisée  à Marseille avec l’UCPA en 2015, qui avait permis de démontrer le bénéfice de la plongée sur le stress perçu et la capacité à gérer l’imprévu chez des sujets ‘’sains’’», précise le Dr Mathieu Coulange, chef du service de Médecine Hyperbare, Subaquatique et Maritime de l’hôpital Sainte-Marguerite (AP-HM).

Un espoir pour ceux qui ne répondent pas aux traitement du TSPT

Le trouble de stress post traumatique (TSPT) est un trouble chronique marqué par des reviviscences fréquentes de l’événement traumatique avec débordement émotionnel, peur, perturbation de la vie socio-affective favorisant un isolement, difficulté à sortir de chez soi. L’arsenal thérapeutique disponible (antidépresseurs, thérapies cognitives) ne permet pas un rétablissement de tous.
On estime qu’entre 60 et 80% des individus soumis à une expérience traumatique sévère développeront un TSPT. 30 % des patients ne répondent pas aux traitements et 40% de ceux qui se rétablissent présenteront une rechute dans l’année.

Une nouvelle technique anti-stress

Le programme associe la plongée à des techniques de relaxation subaquatiques: un entraînement de l’esprit à vivre le moment présent, en immersion, via une attention soutenue aux mouvements respiratoires et aux informations corporelles, à l’instar des pratiques méditatives classiques.
«Si les résultats attendus sont confirmés, cette pratique de la plongée ’’améliorée’’ s’inscrira comme une nouvelle technique de prise en charge complémentaire pour la régulation du stress et des émotions, l’amélioration du bien-être et de la qualité de vie», souligne Frédéric Bénéton. Elle pourra être mise en œuvre non seulement au profit de la population générale, mais également dans les populations à risques exposées à des stress intenses, voire traumatiques (militaires, pompiers…).
Pour en savoir plus :Le projet DivHope

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.