La prise en charge du cancer au CHU de Besançon et en Franche-Comté

La Franche-Comté est l'une des quelques régions à ne pas disposer de Centre de Lutte Contre le Cancer (CLCC). Le CHU de Besançon constitue avec le Centre Hospitalier de Belfort-Montbéliard (CHBM), les deux principaux pôles de cancérologie de la région. En 2008, sous l'impulsion de l'ARH, un Groupement de coopération sanitaire (GCS) réunissant les établissements autorisés a été créé .

La Franche-Comté est l’une des quelques régions à ne pas disposer de Centre de Lutte Contre le Cancer (CLCC). Le CHU de Besançon constitue avec le Centre Hospitalier de Belfort-Montbéliard (CHBM), les deux principaux pôles de cancérologie de la région.

La création, en 2003, d’un service autonome d’oncologie a constitué le point de départ d’un nouvel élan de la prise en charge de la cancérologie au CHU de Besançon.

Suite aux décrets du 21 septembre 2007 et à la révision du volet cancérologie du SROS de Franche-Comté en 2009, il dispose des autorisations nécessaires à toutes les prises en charge : radiothérapie et curiethérapie, utilisation de radioéléments en sources scellées, chimiothérapies adultes et pédiatriques, et chirurgie (gynécologie, sein, ORL, urologie, digestif, thoracique).
Il dispose également d’un service d’hématologie que le SIOS reconnaît comme centre de greffes de cellules souches, pour les deux régions de Bourgogne et de Franche-Comté.

En l’absence de CLCC, l’organisation de la cancérologie du CHU est indissociable de l’organisation régionale qui se met en place, conformément à la politique régionale définie par l’ARH

Deux projets essentiels caractérisent cette organisation :

– La création de l’Institut Régional Fédératif du Cancer (IRFC)
L’IRFC est un GCS qui regroupe autour du CHU, les centres hospitaliers de Belfort-Montbéliard, Vesoul, Pontarlier, Dole et Lons-le-Saunier, ainsi que deux cliniques de Besançon.

Sa vocation est :
– d’organiser la cancérologie, au niveau régional, permettant à tous les Francs-comtois, quels que soient leurs lieux de résidence, de bénéficier de soins conformes aux dernières données de la science,
– de favoriser la mise en place des mesures du Plan Cancer dans la région (RCP, soins de supports…), en lien avec le réseau régional Oncolie,
– de développer la recherche en cancérologie.
Dans le cadre de cette organisation, le CHU a déjà conclu en 2007 et 2008 des conventions avec le CHBM et le centre hospitalier de Lons-le-Saunier, permettant à ces établissements de bénéficier directement du concours des oncologues et pneumologues du CHU. Il s’apprête également à conclure avec plusieurs établissements de la région des conventions de « sites associés » pour l’activité de chimiothérapie.

– Le regroupement des activités de cancérologie du CHU
Parallèlement à cette organisation régionale, le CHU conduit le projet de regrouper toutes ses activités (hors chirurgie) et celles des deux cliniques bisontines, dans un bâtiment unique, sur le site de l’hôpital Jean Minjoz.

Ce projet concerne la radiothérapie (4 accélérateurs), la curiethérapie, une unité de chimiothérapie (45 places), l’unité de reconstitution des médicaments, un plateau commun de consultations (radiothérapie, oncologie, RCP, soins de supports…), 30 lits d’hospitalisation complète (dont 4 de curiethérapie), des locaux de recherche, le registre des tumeurs du Doubs, l’IRFC, des locaux destinés aux associations et aux usagers (ERI).

A cette opération est associé le regroupement de 11 laboratoires sur un plateau de biologie, créant ainsi des conditions favorables au développement de la biologie du cancer.

Les projets des équipes admises à concourir seront remis courant 2010, pour une ouverture des locaux prévus en 2014.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.