Protection des allergies en milieu rural : Besançon fortement impliqué dans une étude européenne

Depuis dix ans, l’étude PATURE, coordonnée en France par le Pr Jean-Charles Dalphin, chef du service pneumologie du CHRU de Besançon, s’intéresse au suivi des nouveau-nés demeurant en zone rurale, afin de déterminer quelles substances présentes en milieu agricole protègent des allergies. Principal constat : les enfants nés et élevés dans une ferme sont moins allergiques que ceux qui grandissent à la campagne et en ville.

Depuis dix ans, l’étude PATURE, coordonnée en France par le Pr Jean-Charles Dalphin, chef du service pneumologie du CHRU de Besançon, s’intéresse au suivi des nouveau-nés demeurant en zone rurale, afin de déterminer quelles substances présentes en milieu agricole protègent des allergies. Principal constat : les enfants nés et élevés dans une ferme sont moins allergiques que ceux qui grandissent à la campagne et en ville. Ce projet est financé dans le cadre d’un programme hospitalier de recherche clinique (PHRC) visant à dynamiser la recherche clinique en vue de favoriser le développement de nouvelles méthodes diagnostiques et thérapeutiques.

A ce jour, le programme PATURE qui a fait l’objet de 18 publications internationales corrobore l’hypothèse que « naître et grandir à la ferme protège des allergies ».
– La protection est liée à l’exposition de la mère, durant la grossesse, à l’environnement de l’étable et de la grange et aux contacts avec les animaux de la ferme, surtout quand les espèces d’animaux sont nombreuses et variées.

– Aux âges de 4 ans ½ et 6 ans, les enfants nés dans une ferme présentent moins d’eczéma (dermatite atopique) et de symptômes d’asthme.

– La protection des allergies est amplifiée quand l’enfant mange des produits laitiers avant l’âge d’un an. L’ingestion de substances présentes dans le lait cru pourrait rendre l’enfant plus tolérant aux allergènes.

– La diversification alimentaire au cours des 18 premiers mois, spécifiquement en matière de fromages, protégerait du risque ultérieur d’eczéma et d’asthme.
– Les enfants qui ne sont pas nés dans une ferme peuvent bénéficier de cette tolérance si leur mode de vie se rapproche de celui des enfants nés dans une ferme au cours des premières années de vie.

Alors que l’allergie représente un véritable enjeu de santé publique et concerne près de 30% de la population
, cette étude permet de confirmer le rôle protecteur de l’exposition agricole et de mieux identifier les substances capables de moduler notre système immunitaire au cours des premiers mois de la vie pour in fine envisager d’élaborer une stratégie vaccinale protectrice.
L’étude PATURE (Protection contre l’Allergie éTUde du milieu Rural et de son Environnement) est menée en étroite collaboration avec la Mutualité sociale agricole de Franche-Comté, l’Université de Franche-Comté et l’Association santé éducation et prévention sur les territoires Franche-Comté / Bourgogne.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Panneau photovoltaïque

Le CHU durable, ou la nécessité de se tourner vert l’avenir

Installation de panneaux photovoltaïques, réduction des déchets, plan d’actions quinquennal etc. Comme d’autres établissements en France, et dans une période de nécessaire appropriation de solutions durables, le CHU de Clermont-Ferrand a pris le train en marche de l’éco-responsabilité. Si beaucoup reste à faire, quelques initiatives sont déjà à mettre à son crédit.

Chirurgie de l’obésité : une nouvelle expérimentation pour accompagner les patients aux HCL

Le Centre Intégré de l’Obésité des Hospices Civils de Lyon et la clinique Les Lilas Bleus participent, aux côtés des CHU de Toulouse et de Lille, à la mise en œuvre de l’expérimentation Article 51 national « Baria-Up », pour une durée de cinq ans. Ce premier parcours d’accompagnement de longue durée pour la chirurgie de l’obésité a accueilli en février ses deux premiers patients.