Protection des allergies en milieu rural : Besançon fortement impliqué dans une étude européenne

Depuis dix ans, l’étude PATURE, coordonnée en France par le Pr Jean-Charles Dalphin, chef du service pneumologie du CHRU de Besançon, s’intéresse au suivi des nouveau-nés demeurant en zone rurale, afin de déterminer quelles substances présentes en milieu agricole protègent des allergies. Principal constat : les enfants nés et élevés dans une ferme sont moins allergiques que ceux qui grandissent à la campagne et en ville.

Depuis dix ans, l’étude PATURE, coordonnée en France par le Pr Jean-Charles Dalphin, chef du service pneumologie du CHRU de Besançon, s’intéresse au suivi des nouveau-nés demeurant en zone rurale, afin de déterminer quelles substances présentes en milieu agricole protègent des allergies. Principal constat : les enfants nés et élevés dans une ferme sont moins allergiques que ceux qui grandissent à la campagne et en ville. Ce projet est financé dans le cadre d’un programme hospitalier de recherche clinique (PHRC) visant à dynamiser la recherche clinique en vue de favoriser le développement de nouvelles méthodes diagnostiques et thérapeutiques.

A ce jour, le programme PATURE qui a fait l’objet de 18 publications internationales corrobore l’hypothèse que « naître et grandir à la ferme protège des allergies ».
– La protection est liée à l’exposition de la mère, durant la grossesse, à l’environnement de l’étable et de la grange et aux contacts avec les animaux de la ferme, surtout quand les espèces d’animaux sont nombreuses et variées.

– Aux âges de 4 ans ½ et 6 ans, les enfants nés dans une ferme présentent moins d’eczéma (dermatite atopique) et de symptômes d’asthme.

– La protection des allergies est amplifiée quand l’enfant mange des produits laitiers avant l’âge d’un an. L’ingestion de substances présentes dans le lait cru pourrait rendre l’enfant plus tolérant aux allergènes.

– La diversification alimentaire au cours des 18 premiers mois, spécifiquement en matière de fromages, protégerait du risque ultérieur d’eczéma et d’asthme.
– Les enfants qui ne sont pas nés dans une ferme peuvent bénéficier de cette tolérance si leur mode de vie se rapproche de celui des enfants nés dans une ferme au cours des premières années de vie.

Alors que l’allergie représente un véritable enjeu de santé publique et concerne près de 30% de la population
, cette étude permet de confirmer le rôle protecteur de l’exposition agricole et de mieux identifier les substances capables de moduler notre système immunitaire au cours des premiers mois de la vie pour in fine envisager d’élaborer une stratégie vaccinale protectrice.
L’étude PATURE (Protection contre l’Allergie éTUde du milieu Rural et de son Environnement) est menée en étroite collaboration avec la Mutualité sociale agricole de Franche-Comté, l’Université de Franche-Comté et l’Association santé éducation et prévention sur les territoires Franche-Comté / Bourgogne.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.