Radiologie : la technologie EOS désormais accessible aux alsaciens

Installée début décembre 2019 dans Hautepierre 2, la technologie EOS, enrichit le plateau technique du CHU de Strasbourg, seul établissement alsacien à proposer ce système d'imagerie innovant.

Installée début décembre 2019 dans Hautepierre 2, la technologie EOS, enrichit le plateau technique du CHU de Strasbourg, seul établissement alsacien à proposer ce système d’imagerie innovant.
La radiographie très basse dose EOS fournit des images stéréo-radiographiques du corps entier (ou d’une zone spécifique) en position fonctionnelle (debout ou assis) avec une réduction considérable de l’irradiation par rapport à l’imagerie radiographique conventionnelle ou au scanner. Le système EOS est jusqu’à 7 fois moins irradiant que les examens conventionnels.
L’acquisition se réalise sur des patients debout et dure environ une minute. L’examen du squelette en entier permet d’étudier la statique complète du patient avec à la clé un meilleur diagnostic des pathologies de la colonne vertébrale, mais aussi du bassin, des hanches et des membres inférieurs.
Le système permet une représentation en 3D des structures osseuses, avec une analyse très précises des angles et des rotations. EOS est ainsi un outil extrêmement performant pour les planifications d’interventions chirurgicales. L’irradiation très faible est parfaitement adaptée à l’exploration des enfants et adolescents, notamment ceux nécessitant un suivi radiologique répété comme dans le cas des scolioses.
De manière générale, tous les patients (enfants ou adultes) ayant des pathologies musculo-squelettiques nécessitant une imagerie radiographique (acquisition d’un fauteuil spécifique pour réalisation de l’examen en position assise pour les enfants) peuvent en bénéficier.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.