La recherche boostée par la contractualisation interne

Fondé le 29 février 2012, le CHU de La Réunion entend valoriser la dimension recherche de ses pôles d’activité cliniques et médico-techniques en leur proposant une incitation financière à hauteur de de 195.000 € pour l’exercice budgétaire 2013.

Fondé le 29 février 2012, le CHU de La Réunion entend valoriser la dimension recherche de ses pôles d’activité cliniques et médico-techniques en leur proposant une incitation financière à hauteur de de 195.000 € pour l’exercice budgétaire 2013.
 
Cet intéressement qui doit couvrir le temps médical nécessaire à sa réalisation des études s’ajoute aux deux autres dispositifs existants, l’un réservé à l’enseignement et l’autre, plus traditionnel, associé à l’évaluation des contrats de pôle. Le déblocage de l’enveloppe a été naturellement pré-conditionné par la constatation d’un excédent sur la gestion financière de l’exercice 2011. Pour le CHU, il s’agit de poursuivre et d’amplifier la dynamique de recherche initiée par les praticiens hospitaliers de l’établissement et encouragée par la nomination, officielle depuis le 1er septembre dernier, des quatre premiers Professeurs des Universités – Praticiens Hospitaliers de La Réunion. Ces crédits sont répartis sur un nombre limité de projets et privilégient les projets de recherche clinique, fondamentale, translationnelle, médico-économique, mais aussi les projets de recherche infirmier et paramédicaux. Aucune restriction a priori n’est fixée dans le champ d’investigation proposé par les porteurs de projet. Les projets peuvent être portés par un seul pôle ou conjointement par plusieurs pôles. 
 
Le conseil scientifique de la Délégation à la Recherche Clinique et à l’Innovation du CHU de La Réunion a lancé en octobre 2012 un premier appel d’offres, ouvert aux pôles cliniques et médico-techniques du CHU. Quatre projets, présentés par des pôles cliniques et médico-techniques, ont d’ores et déjà été présélectionnés. Ces projets répondent aux priorités identifiées par le Projet régional de santé établi par l’Agence de Santé Océan Indien :
– Programme de recherche en nutrition pendant la grossesse (PHRC Obegest, valorisation des résultats et PHRC Apigest en préparation pour mise en place en 2013) présenté par le pôle des disciplines médicales du CHU/site sud :
– Thèse en Sciences, en partenariat avec le laboratoire GEICO de l’Université portant sur le statut anti-oxydant de l’albumine dans le diabète portée par le pôle plateau technique (laboratoires/imagerie) du CHU/site nord.
– Valorisation scientifique et mise en place de plusieurs projets en réanimation néonatale du pôle mère-enfant du CHU/site nord :
– Conduite de plusieurs projets en éducation thérapeutique, et participation à la 1ère phase du projet e-santé DiabéTIC conduit par le pôle des pathologies chroniques et maladies métaboliques du CHU/site nord : par ailleurs soutenu dans le cadre du programme d’investissements d’avenir. Pour ce dernier projet, les crédits d’intéressement seront affectés au volet paramédical.
 
Un 2ème appel d’offres sera lancé dans le 1er semestre 2013 pour l’attribution sur la 2ème partie de l’enveloppe avant le 30 juin 2103.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.