La recherche paramédicale à l’honneur dans le Sud-Ouest

Bordeaux, Limoges, Toulouse organisent le 3e colloque inter-régional de recherche paramédicale vendredi 29 novembre 2013. À l’heure où le système de santé est confronté à de nouvelles manières de penser le soin et sa pratique, les équipes soignantes investissent la recherche, dans cette articulation entre savoirs empiriques, évaluation des pratiques professionnelles et théorisation. Cette construction de savoirs participe à l’émergence d’une science infirmière et paramédicale qui relève à la fois des sciences de la médecine et des sciences humaines

Bordeaux, Limoges, Toulouse organisent le 3e colloque inter-régional de recherche paramédicale vendredi 29 novembre 2013. À l’heure où le système de santé est confronté à de nouvelles manières de penser le soin et sa pratique, les équipes soignantes investissent la recherche, dans cette articulation entre savoirs empiriques, évaluation des pratiques professionnelles et théorisation. Cette construction de savoirs participe à  l’émergence d’une science infirmière et paramédicale  qui relève à la fois des sciences de la médecine et des sciences humaines.

La mise en commun de connaissances et d’expériences inédites
porte sur les pratiques de soins, les programmes d’éducation thérapeutique, les démarches d’enseignement et de recherche. Les travaux présentés ont tous un point commun : la recherche par les professionnels paramédicaux de l’efficience, du soin juste et conforme en tant que soin sûr, équitable, bien-traitant répondant aux exigences de qualité et de respect de la personne soignée accompagnée de ses proches.

Une culture qualité au service de tous : focus sur 3 essais
Neuromie : prise en charge des neuromyopathies de réanimation (PHRIP 2011).
Philippe Wibart, Masseur Kinésithérapeute, CHU de Bordeaux

Financé dans le cadre de l’appel à projet PHRIP 2011, ce protocole de recherche repose sur un essai clinique randomisé. C’est une recherche comparative. L’objectif de l’étude est de comparer chez les patients atteints de neuromie, l’incidence des Insuffisance Respiratoire Aigüe dans les 48 heures post-extubation dans un groupe de patients bénéficiant des techniques manuelles couplées à la technique instrumentale d’aide à la toux  par rapport à un groupe de patient bénéficiant des techniques manuelles seules (drainage bronchique manuel et aide à la toux manuelle). 

Etude portant sur la validation et la pertinence de l’utilisation de l’EVA-Anxiété  dans le cadre de la prise en charge de la douleur par une Equipe Mobile Douleur Aigue (PHRIP 2012)
Jean-Christophe Foissac, Infirmier anesthésiste et Anne Senechal, Infirmière, CHU de Toulouse

Ce protocole de recherche est financé dans le cadre de l’appel à projet PHRIP 2012. Il repose sur un devis mixte simultané avec triangulation. Ce devis de recherche consiste dans la collecte de données quantitatives et qualitatives. Dans le cadre de la prise en charge de la douleur, l’anxiété est souvent négligée, parfois suspectée, rarement objectivée. L’objectif de cette étude est de démontrer la validité et la pertinence de l’utilisation en systématique d’une Échelle Visuelle Analogique-Anxiété (EVA-A) comme un moyen potentiellement précis et efficace pour déterminer la composante anxiogène de la douleur des personnes soignées dans le cadre d’une consultation douleur réalisée par une Equipe Mobile Douleur Aiguë (EMDA) et ainsi d’optimiser la prise en charge thérapeutique.

Etude de l’impact de la passation de l’échelle de Brazelton sur la confiance de la mère à l’égard de son nouveau-né prématuré, à l’approche du retour à domicile (déposé à l’appel PHRIP 2013, en attente de résultat)
Ophélie Kaczanowski, Infirmière Puéricultrice, CHU de Limoges

Ce protocole de recherche a fait l’objet d’une soumission dans le cadre de l’appel à projet PHRIP 2013. Nous sommes en attente des résultats émanant de la DGOS. La prise en charge de nouveau-nés prématurés engendre des hospitalisations pouvant durer jusqu’à quelques mois supposant une séparation longue et une éventuelle difficulté dans la mise en place du lien mère-enfant. A l’approche du retour à domicile, les parents se montrent impatients de ramener leur bébé à la maison et inquiets car désormais seuls face à un bébé qu’ils avouent parfois mal connaître. L’objectif de l’étude est d’évaluer l’impact de la passation de l’échelle de Brazelton (NBAS) sur la confiance des mères d’enfants nés prématurément à l’approche du retour à domicile.
  
Le colloque est organisé dans le cadre du Groupement Interrégional de Recherche Clinique et d’Innovation – Sud-Ouest Outre-Mer (GIRCI – SOOM), en collaboration avec le CHU de Bordeaux et le CHU de Limoges, le CHU de Toulouse. Il s’inscrit dans un contexte national évolutif : celui du lancement en 2009, d’un appel à projets relatif au Programme Hospitalier de Recherche Infirmière (PHRI) dédié aux infirmières, puis en 2010 à l’ensemble des paramédicaux (PHRIP).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.