La recherche poitevine et tourangelle : un atout pour la région Centre

Unir la recherche hospitalo-universitaire au sein de la région Centre, favoriser les échanges entre les chercheurs poitevins et tourangeaux, déployer une stratégie scientifique et médicale commune et atteindre une masse critique suffisante pour peser dans le paysage de la biologie – santé. Tels sont les enjeux des journées « recherche » portées par les facultés de médecine et les CHU de Poitiers et de Tours. La 6ème édition s’est tenue à Poitiers, vendredi 29 novembre 2013...

Unir la recherche hospitalo-universitaire au sein de la région Centre, favoriser les échanges entre les chercheurs poitevins et tourangeaux, déployer une stratégie scientifique et médicale commune et atteindre une masse critique suffisante pour peser dans le paysage de la biologie – santé. Tels sont les enjeux des journées « recherche » portées par les facultés de médecine et les CHU de Poitiers et de Tours. La 6ème édition s’est tenue à Poitiers, vendredi 29 novembre 2013,  a permis de rappeler les précieux atouts de ces institutions phares de la région, temples du savoir, centres d’expertise médicale et hauts lieux de la recherche clinique et translationnelle.
Par leur fonction de recours régional, la diversité de leurs cas cliniques, et la proximité de leurs unités de recherche, les CHU de Poitiers et de Tours disposent d’un fort potentiel recherche qu’ils ont décidé de mutualiser. Preuves du dynamisme de cette coopération, la qualité des 121 posters exposés, des 10 communications orales et des 8 prix décernés lors de cette rencontre au sommet.
Prix de la meilleure présentation affichée
– Recherche fondamentale – Audrey Boyer : les glycoprotéines du virus de l’hépatite C sont associés au apo E et apo B pendant la morphogénèse des particules virales – U966 Tours
– Recherche clinique – Astrid de Hauteclocque : marqueur pronostic de la survenue d’événement cardio-vasculaire – CIC 802 Poitiers
Prix de la meilleure communication orale
– Souleymane Maïga : effet de l’ischémie-reperfusion sur le réseau vasculaire cortical rénal dans son modèle porcin d’autotransplantation rénale – U1082 Poitiers
– Mélanie Bouvin : analyse populationnelle de l’adaptation du vih-1 au cours de l’épidémie – U966 Tours
Prix de la meilleure publication 2013
– Thibaut Legigan : The first generation of beta galatosidase-responsive prodrugs designed for the selective treatment of solid tumors en prodrug monotherapy – Angew. Chem. Int. Ed. 2012 – Poitiers
– Jérôme Rollin : Polymorphisme of protein tyrosine phosphatase CD148 and the risk of heparin-induced thrombocytopenia – Blood 2012 – Tours
Prix de cancérologie
–  Anaïs Balbous : étude de l’effet du premier vecteur glucuronyle de la cyclopamine sur les cellules initiatrices de glioblastomes – U935 Poitiers
– L. Benoist : le canal sodique Na 1.5 stimule l’activité des cellules cancéreuses mammaires MDA-MB-231 – U1069 Tours

Les CHU de Tours et de Poitiers sont membres du réseau des hôpitaux universitaires de l’interrégion du grand Ouest (HUGO)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.