La Refondation du CHRU de Nancy commence à porter ses fruits

Le CHRU de Nancy stabilise son déficit grâce à la mise en œuvre de son plan de refondation, avec notamment un travail amorcé sur l’optimisation des parcours des patients, le redimensionnement des unités de soins, la relance des investissements et le développement des coopérations territoriales pour soutenir les filières de prise en charge.

Le CHRU de Nancy stabilise son déficit grâce à la mise en œuvre de son plan de refondation, avec notamment un travail amorcé sur l’optimisation des parcours des patients, le redimensionnement  des unités de soins, la relance des investissements et le développement des coopérations territoriales pour soutenir les filières de prise en charge. 
A la clôture de l’exercice 2014, premier exercice du nouvel établissement issu de la fusion avec la maternité régionale intervenue au 1er janvier 2014, le CHRU de Nancy affiche un déficit stabilisé à 28,1 millions d’euros, conforme aux prévisions initiales.
Une forte progression de l’activité de soins
La mise en œuvre du plan de refondation s’est traduite par la réorganisation d’unités de soins, associée à une réduction capacitaire de 30 lits en 2014, une adéquation des moyens associés, la fermeture de deux blocs opératoires,  l’optimisation des recettes, une nouvelle politique d’achat et un fort développement de la prise en charge en ambulatoire.
Le CHRU Nancy se place ainsi en 1ère position des CHU en 2014 sur l’augmentation du volume de prise en charge ambulatoire (+10%). Le taux de chirurgie ambulatoire est de 27% en 2014. Le nombre de séjours de l’établissement a progressé en 2014 (+1,8%). Les passages aux urgences ont progressé de 2,7% avec près de 80 000 passages adultes et enfants.
Dans le cadre de la préparation à la certification des comptes du CHRU, les travaux d’amélioration et de mise en place des bonnes pratiques comptables ont été réalisés.
Des investissements priorisant les opérations du plan de refondation
En 2014, les dépenses d’investissement limitées à 11 millions d’euros, ont été priorisées sur les réorganisations du plan de refondation, permettant notamment l’extension de l’unité de neuro-vasculaire, la création d’une unité de monitoring, le transfert des activités d’ORL, le regroupement des pharmacies, ou encore le déploiement accéléré du dossier patient informatisé.
Les aides financières accordées par l’Agence Régionale de Santé vont permettre une diminution de la contrainte sur les investissements du CHRU au cours de l’année 2015.
Des engagements respectés
Le CHRU a donc respecté ses engagements vis-à-vis du Comité interministériel de performance et de la modernisation de l’offre de soins (COPERMO) qui assure notamment le suivi du retour à l’équilibre de l’établissement et auquel sera prochainement présenté son projet de pôle de biologie (évalué à 30 millions d’euros), projet porté en commun avec l’Institut de Cancérologie de Lorraine.
La refondation engagée produira pleinement ses effets sur les exercices 2015 et 2016, au cours desquels est attendue une réduction progressive du déficit.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.