La relation gagnant/gagnant entre Lyon et le centre hospitalier local Lucien Hussel

Le 4 juillet 2011, les Hospices Civils de Lyon et le Centre hospitalier Lucien Hussel (Vienne) ont signé une convention de partenariat médical . Cet accord aidera l’hôpital local, confronté à des difficultés de recrutement de personnels médicaux et de maintien de certaines disciplines, à rester attractif pour les nouveaux praticiens et soignants. En retour, les patients du centre hospitalier seront adressés de manière privilégiée au CHU lyonnais pour les activités de recours, afin d’assurer une véritable prise en charge graduée et concertée entre les équipes médicales.

Le 4 juillet 2011, les Hospices Civils de Lyon et le Centre hospitalier Lucien Hussel  (Vienne) ont signé une convention de partenariat médical. Cet accord aidera l’hôpital local, confronté à des difficultés de recrutement de personnels médicaux et de maintien de certaines disciplines,  à rester attractif pour les  nouveaux praticiens  et soignants. En retour, les patients du centre hospitalier seront adressés de manière privilégiée au CHU lyonnais pour les activités de recours, afin d’assurer une véritable prise en charge graduée et concertée entre les équipes médicales.

Relancer les  activités de proximité et  former ses personnels

Grâce à cette coopération, les habitants du territoire viennois vont continuer à bénéficier  en toute sécurité des soins d’urgence et médicaux indispensables en proximité (maternités, chirurgie…).  En complément, le CHU répond à des besoins d’expertise ou de recours sur des pathologies complexes qui nécessitent un plateau technique hyperspécialisé et de compétences hospitalo-universitaires.
Sont concernées les activités de gynécologie – obstétrique, chirurgie viscérale, la chirurgie orthopédique, anesthésie, chirurgie vasculaire,    ORL , ophtalmologie, pneumo cancérologie, urgences pédiatriques Télé imagerie, biologie spécialisée. Pour  ces différentes disciplines, le soutien lyonnais pourra prendre  la forme de  vacations de praticiens, de consultations avancées, de tutorat, de visioconférence pour des réunions de concertation pluridisciplinaire, de mise en place de système qualité commun…
Ce partenariat présente d’autres avantages pour le CH de Vienne comme la possibilité de recruter directement et d’actualiser les connaissances des équipes médicales. Déjà, le CH de Vienne se tourne régulièrement  vers les HCL pour offrir des vacances de postes médicaux. Désormais, les deux établissements se concerteront pour élaborer un planning de recrutement et de formation au fur et à mesure des départs en retraite des praticiens actuels.
En matière de recherche, la coopération avec Vienne permettra au CHU d’augmenter les cohortes de patients inclus et favoriser la diffusion des techniques.

Cette collaboration public/public est soutenue par la Fédération Hospitalière de France (FHF) pour qui de tels partenariats constituent « la voie d’excellence pour optimiser l’offre de soins, réduire les coûts et conduire des stratégies de groupe dans une logique territoriale ». L’enjeu est de rassembler les forces pour gagner en qualité des soins, en cohérence et en efficience . Cette approche est largement développée dans l’atlas des coopérations que la FHF a publié en 2010.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.