La Résidence Roux, un EHPAD conçu comme une place de village

50 ans après sa première inauguration, la Résidence Roux a fait peau neuve. De nouveaux bâtiments offrent aux 287 résidents et aux personnels un cadre agréable et adapté à l’hébergement des personnes âgées dépendantes. Conçue comme une «place de village», la résidence, entièrement reconstruite, rassemble des espaces collectifs conviviaux et les locaux de service : salle à manger, salons, espaces d’activités, salon des familles, auxquels sont rattachées des « maisonnées ». Chacune abrite les chambres des résidents distribuées autour d’une zone de détente partagée favorisant le lien social. Toutes les chambres sont toutes équipées de salle de douche ergonomique.
50 ans après sa 1ère inauguration, la Résidence Roux a fait peau neuve. De nouveaux bâtiments offrent aux 287 résidents et aux personnels un cadre agréable et adapté à l’hébergement des personnes âgées dépendantes. Conçue comme une «place de village», la résidence, entièrement reconstruite, rassemble des espaces collectifs conviviaux et les locaux de service : salle à manger, salons, espaces d’activités, salon des familles, auxquels sont rattachées des « maisonnées ». Chacune abrite les chambres des résidents distribuées autour d’une zone de détente partagée favorisant le lien social. Toutes les chambres sont toutes équipées de salle de douche ergonomique. 
Des locaux protégés permettent également d’accueillir en toute sérénité, les personnes désorientées, sans limiter leur déambulation. «Un cadre agréable qui séduit les résidents et les équipes» apprécie le cadre supérieur du pôle. 
La Résidence Roux données repères 2016 
la résidence accueille 287 personnes âgées. Elle abrite 120 lits dans l’Unité de Soins de Longue Durée (USLD), dont 12 lits en Unité d’Hébergement Renforcée, 67 lits d’hébergement (EHPAD), dont un pôle d’activités et de soins renforcés (PASA) , deux  centres d’hébergement et d’activités thérapeutiques et occupationnelles pour personnes âgées désorientées (CHATOD)  et un hébergement classique et psycho gériatrique.
La résidence dispose aussi d’un espace Snoezelen® source de bien-être et de stimulation des sens. Le résident est plongé dans des ambiances musicales douces, environné de  lumières de couleurs et d’intensités différentes… Féroudja Ghezlaoui, psychologue propose cette approche pour soulager les douleurs chroniques. Cette expérience immersive détend les résidents atteints de démence et réduit l’anxiété des personnes hospitalisées en soins palliatifs.
La personne âgée, priorité du projet médical du CHU de Reims
Dans un contexte démographique régional de vieillissement de la population, le CHU poursuit le développement de la filière gériatrique, de l’hospitalisation d’urgence à l’hébergement des personnes âgées dépendantes. Ses quatre EHPAD, Résidence Marguerite Rousselet, Wilson, Roux et Roederer Boisseau regroupent 904 places d’accueil.
Modalités d’admission 
Les familles constituent un dossier unique pour une demande d’hébergement parmi les quatre EHPAD du CHU qu’il faut adresser à la direction de l’Hôpital Sébastopol. Une fois la composition du dossier vérifiée, les demandes examinées sous la responsabilité du médecin chef du pôle EHPAD USLD du CHU afin de déterminer l’orientation adéquate du futur résident au sein de l’EHPAD ou de l’USLD. 
Désormais les futurs bénéficiaires ont également la possibilité d’adresser leur demande en ligne grâce à Via trajectoire (www.trajectoire.sante-ra.fr/trajectoire/). Mis en place par l’Agence Régionale de Santé, ce dispositif permet de constituer un dossier unique et de sélectionner un hébergement parmi l’ensemble des EHPAD de France. Il permet également au médecin traitant de suivre la demande et d’en informer les familles. Cette modalité proposée deviendra prochainement l’unique moyen de constituer un dossier de demande.
Des prises en charge de qualité 
La qualité de vie des résidents est au cœur des préoccupations des équipes des résidences du CHU. Pour s’en donner les moyens, elles suivent un cursus de formation continue (bientraitance, manutention des patients et des charges, la formation à la méthode Montessori® ou encore la formation à la méthode d’accompagnement «Validation® selon Naomi FEIL…) et font appel à des spécialistes psychomotriciens, ergothérapeutes ou encore éducateurs sportifs qui participent au développement des modes de prise en charge non médicamenteuses. 
Des ateliers favorisant l’estime de soi souvent mise à mal par l’état de dépendance sont déployés et un salon de coiffure permet aux résidents de s’offrir un moment de détente et d’échanges. 
L’Equipe SPécialisée En Réadaptation Thérapeutique (ESPERT) composée de deux ergothérapeutes, une psychomotricienne, et un éducateur sportif intervient sur les quatre résidences du pôle. Elle apporte sa compétence en matière d’adaptation de l’environnement et du matériel. Elle participent au Projet Personnalisé du Résident en proposant des réponses adaptées à son handicap en vue de soutenir son autonomie quotidienne. Ils évaluent et contribuent à entretenir les capacités fonctionnelles du résident sur prescription médicale. C’est ainsi, que chaque semaine, des activités thérapeutiques sont proposées au sein de la filière psycho gériatrique (parcours d’équilibre, ateliers cognitifs et sensorimoteurs). 
De l’animation à l’engagement 
Au quotidien, les équipes médico-soignantes, les équipes d’animations socio-éducatives et les associations s’investissent pour offrir aux résidents ateliers, sorties ou autres jeux pour maintenir les relations sociales, entretenir les capacités cognitives et physiques ou encore restaurer l’estime de soi.
Dès l’accueil, les résidents peuvent, selon leurs désirs ou leurs besoins, bénéficier d’activités hebdomadaires : ateliers de cuisine, détente et bien-être ou encore jeux de sociétés
Des activités pour les résidents isolés
Diverses activités de proximité sont organisées à l’attention des résidents isolés qui ne peuvent plus sortir de leur chambre, en raison de leur dépendance ou qui ont tendance à s’isoler. Il s’agit de solliciter leurs capacités psychiques et relationnelles, susciter des moments de bien-être et de prévenir le repli sur soi et l’isolement : soins esthétiques au chevet des résidents, bibliothèque mobile, ou clowns relationnels…
De l’engagement associatif à l’engagement civique 
Les associations ont toute leur place, de l’accueil à l’animation de lieux de convivialité, les bénévoles de l’association Cinquième saison, entretiennent le lien social entre résidents et avec les familles. Ils tiennent la cafeteria et gèrent des spectacles musicaux de la Résidence Roux.
En décembre 2015, quatre jeunes volontaires en service civique se sont engagées dans les Pôles EHPAD et Autonomie et Santé du CHU. Sophie, Sophia, Noëline et Leila assureront, durant 8 mois, 24 h par semaine, une mission d’aide à l’animation intergénérationnelle. La rencontre entre ces jeunes et les résidents a été salutaire pour les deux publics. 
Les jeunes ont développé un accompagnement personnalisé auprès des résidents en leur proposant des lectures, des promenades, et autres discussions. «Je propose certaines activités de proximité aux résidents qui sortent peu ou pas du tout de leur chambre : de la lecture, du bricolage, une discussion, un accompagnement aux activités de groupe. Par ce biais, nous entretenons un véritable échange entre générations. Nos points de vue se croisent à travers les époques. Nous partageons les évolutions de notre société à partir de notre vécu et nos souvenirs. Je m’enrichis à leurs côtés et j’espère leur apporter un soutien moral.» explique Sophia, 20 ans. 
Cette écoute contribue à lutter contre l’isolement des résidents et patients. Les résidents su transmettre leurs savoirs, leurs souvenirs. De véritables relations intergénérationnelles se sont ainsi créées. « J’apprécie le contact humain, être proche des personnes. J’ai trouvé dans cette mission le cœur de ma motivation. Par la relation particulière que j’entretiens avec les résidents à travers l’animation, je créé des liens. Je me sens utile pour eux et c’est une véritable source d’échanges. Ils me transmettent beaucoup. Je vis une belle expérience à la résidence Roederer Boisseau.», se confie Noëline, 18 ans.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.