La Réunion fer de lance de la recherche en santé publique dans l’Océan Indien

"Les vulnérabilités de santé dans les territoires ultra marins" seront au cœur de la 2ème édition du Congrès de Santé Publique organisé par le CHU de la Réunion les 12 et 13 novembre 2019. Ce colloque à fort rayonnement régional rassemble plus de 300 professionnels de santé et de recherche venant des 4 pays de la Commission de l’océan indien, de l’Australie et du Mozambique, 70 intervenants et 40 invités extérieurs.

"Les vulnérabilités de santé dans les territoires ultra marins" seront au cœur de  la 2ème édition du Congrès de Santé Publique organisé par le CHU de la Réunion les 12 et 13 novembre 2019. Ce colloque à fort rayonnement régional rassemble plus de 300 professionnels de santé et de recherche venant des 4 pays de la Commission de l’océan indien, de l’Australie et du Mozambique,  70 intervenants et 40 invités extérieurs.
Au programme de ces deux journées, l’exposition de 33 posters scientifiques, des conférences portant sur les maladies métaboliques et chroniques, les cancers, la périnatalité, les maladies infectieuses et émergentes, le risque environnemental, l’âge et la santé mentale et sur les actions de santé publique. 
La population de l’Océan Indien souffre de fragilités caractéristiques au premier rang desquelles les maladies chroniques et métaboliques, les maladies infectieuses et l’immunopathologie et la périnatalité/génétique. Ces axes prioritaires se retrouvent dans le projet hospitalo-universitaire du CHU de la Réunion qui régit notamment le développement des activités de recherche en santé du territoire. Les travaux des chercheurs portent sur le diabète, une prévalence la plus élevée de France et une mortalité trois fois plus élevée.
Autres priorités : les maladies tropicales favorisées par le climat (ex : épidémie chikungunya), le taux de mortalité néonatale supérieure à la France métropolitaine, une prévalence élevée des grossesses précoces et problème de l’alcoolisation foetale, et un contexte génétique particulier avec l’identification de mutations uniques (ex. Lipodystrophie Dunningan) dans la population Réunionnaise.
Ces enjeux de santé sont partagées par les territoires ultramarins qui connaissent les mêmes expositions et des contextes épidémiologiques. En effet, les régions dites ultramarines constituent une zone de transition épidémiologique entre les pays défavorisés au plan socio-économique et les pays riches. Dans ce monde globalisé, leurs populations, à la fois jeunes et vieillissantes, sont affectées par les grandes endémies, les épidémies et les pathologies dites de civilisation (diabète, hypertension, cancer) sur fond de vulnérabilités à la pauvreté, aux changements climatiques, aux migrations et à l’acculturation, et de circulation accélérée des agents pathogènes.
Fort de cet élan collectif autour des mêmes objectifs de santé publique, le CHU de la Réunion entend créer une plateforme régionale de recherche en santé qui favorisera les collaborations durables et fera émerger des solutions innovantes et adaptées aux contraintes et à la culture des territoires ultramarins.
Le congrès se conclura par une session d’échanges entre des professeurs de Santé Publique venus des écoles de Bordeaux (le Pr Salamon, ancien président du Haut conseil de Santé publique nationale) et de Nancy (le Pr Guillemin, actuel président du réseau de Recherche en Epidémiologie Clinique et en Santé Publique), le Pr Wittwer économiste de la santé de l’Institut de Santé Publique, d’Epidémiologie et de développement (ISPED)et les décideurs et acteurs de la santé de la Région océan Indien, pour une mise en perspective des résultats de ce congrès avec les actions à mener.
Plus d’information sur https://www.chu-reunion.fr/2eme-congres-de-recherche-en-sante-publique-de-locean-indien/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.