La Réunion : naissance prochaine du 30ème CHU de France

Après la création d'une Unité de Formation et de Recherche (UFR) Santé par l’Université de La Réunion et l’ouverture de la première promotion du PCEM2 (2ème année des études de médecine) en mai 2010, une seconde étape vient d’être franchie avec la fusion du Centre Hospitalier Félix Guyon et du Groupe Hospitalier Sud Réunion. De cette union naîtra au 1er janvier 2012 le 30ème CHU de France, le Centre Hospitalier Universitaire de la Réunion.

Après la création d’une Unité de Formation et de Recherche (UFR) Santé par l’Université de La Réunion et l’ouverture de la première promotion du PCEM2 (2ème année des études de médecine) en mai 2010, une seconde étape vient d’être franchie avec la fusion du Centre Hospitalier Félix Guyon et du Groupe Hospitalier Sud Réunion. De cette union naîtra au 1er janvier 2012 le 30ème CHU de France, le Centre Hospitalier Universitaire de la Réunion.

Le 24 mai 2011, les conseils de surveillance du Centre Hospitalier Félix Guyon et du Groupe Hospitalier Sud Réunion ont voté la fusion des deux établissements pour constituer le Centre Hospitalier Régional de La Réunion, et permettre ainsi la création d’un CHU.
« Nous nous félicitons, ensemble de cette nouvelle étape décisive : ce nouvel établissement unifié reposant sur les sites du nord et du sud, qui verra le jour le 1er janvier 2012 après décision gouvernementale, conventionnera avec l’Université de La Réunion via son UFR Santé pour former, ensemble, le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de La Réunion. » se réjouissent dans un communiqué commun les responsables de l’agence régionale de santé, de la direction générale de l’établissement et de l’Université de la Réunion.
Ces dernières décisions traduisent le rapprochement des communautés médicales et hospitalières engagées depuis 2006, et l’accord des professionnels de santé, des élus, et de l’Université, pour disposer, au coeur de l’océan Indien, d’un équipement performant au service de la santé de tous ses habitants.
La fusion des deux établissements va s’organiser autour d’un projet médical structuré par filières de soins, accompagné d’un projet social. Seront garantis une réponse équilibrée aux besoins de santé de proximité, tant pour le territoire Nord-Est que Sud de La Réunion, le développement de prises en charge spécialisées et de qualité, réparties sur les deux sites et au service de l’ensemble de l’océan Indien avec des perspectives d’évolution favorables offertes à l’ensemble des professionnels impliqués.

Le CHU : une opportunité pour les Réunionnais, les mahorais et l’ensemble des habitants de la zone océan Indien

Le communiqué précise les nombreux avantages résultant de la création de ce nouvel établissement hospitalo-universitaire. Le CHU proposera une offre locale de formation médicale, rendant plus accessibles les métiers de la santé aux réunionnais, aux mahorais, et ouvrant au-delà la possibilité de former les professionnels de santé de la zone océan Indien ;
Des activités de recherche hospitalo-universitaires de haut niveau seront structurées et développées, notamment sur les problématiques spécifiques régionales de santé ;
L’attractivité des spécialités médicales favorisera l’installation de professionnels de santé ;
L’accès aux soins, y compris les plus spécialisés, sera facilité, compensant ainsi l’éloignement des plateaux hospitaliers de métropole ;
Des coopérations régionales élargies seront déployées par le CHU, dans la tradition d’ouverture et de rayonnement de la médecine française à l’étranger.
Le CHU représente aussi une chance pour tous les  établissements et professionnels de santé publics et privés, qui pourront bénéficier du soutien de services de pointe, et développer leurs activités dans des coopérations fructueuses pour tous. L’Université de La Réunion et l’Agence de Santé Océan Indien veilleront particulièrement à l’ouverture du futur CHU aux autres établissements de santé de La Réunion et de Mayotte.
Désormais, les conditions sont remplies pour que ce projet, fondamental pour La Réunion, Mayotte et la grande zone océan Indien aboutisse dans les meilleurs délais, avec le soutien renouvelé de l’ensemble des partenaires et acteurs locaux.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.