La santé cardiovasculaire transfrontalière objet d’une vaste étude

Le risque cardiovasculaire est 30% plus élevé pour les personnes naissant et vivant en Lorraine que dans le reste de la France. Si les causes de cette singularité ne sont pas toutes connues, certaines d'entre elles sont partagées par les régions voisines telles que la Sarre, le Luxembourg et la Wallonie. Déterminisme génétique, influence de l'environnement, de l'alimentation, des modes de vies et des systèmes de soins ? Le CHU de Nancy est partie prenante d'un projet européen baptisé « Nutrition, Environnement et Santé Cardio-Vasculaire » aux côtés du Centre de Recherche Public de la Santé du Grand Duché du Luxembourg, de l'Ecole de Santé Publique de l'Université de Liège et de l'Université de la Sarre qui va tenter de faire le point sur ces différentes hypothèses.

Le risque cardiovasculaire est 30% plus élevé pour les personnes naissant et vivant en Lorraine que dans le reste de la France. Si les causes de cette singularité ne sont pas toutes connues, certaines d’entre elles sont partagées par les régions voisines telles que la Sarre, le Luxembourg et la Wallonie. Déterminisme génétique, influence de l’environnement, de l’alimentation, des modes de vies et des systèmes de soins ? Le CHU de Nancy est partie prenante d’un projet européen baptisé « Nutrition, Environnement et Santé Cardio-Vasculaire » aux côtés du Centre de Recherche Public de la Santé du Grand Duché du Luxembourg, de l’Ecole de Santé Publique de l’Université de Liège et de l’Université de la Sarre qui va tenter de faire le point sur ces différentes hypothèses.

L’Union Européenne lance cette vaste étude interrégionale épidémiologique, la première du genre, sur des panels de populations luxembourgeoises (1400 personnes), wallonnes (800 personnes), sarroises (50 personnes) et lorraines (800 personnes). Objectif général de cette opération d’envergure qui s’échelonnera jusqu’en 2011 et qui est financée à moitié par les fonds européens du FEDER et à moitié par les partenaires : la création d’une alliance transfrontalière de prévention et de promotion de la santé cardio-vasculaire pour la Grande Région.

Recruter, Evaluer, Proposer, les 3 axes du projet
> Recruter, observer et comparer les facteurs de risques cardiovasculaires : alimentation, exposition à certains polluants (pesticides et hydrocarbures) jusques et y compris la quantité de polluants atmosphériques dans les cheveux des membres des panels. Cette enquête comportera des questionnaires, des mesures anthropométriques et des analyses biologiques.

> Évaluer la prise en charge et le contrôle de certains facteurs de risques cardio-vasculaires : hypertension artérielle, diabète, dyslipidémie. Cette action aboutira à la production d’un CD Rom destiné à la formation des professionnels et d’une plaquette à destination des patients concernés par ces pathologies.

> Proposer des recommandations en matière de prévention et de promotion de la santé cardio-vasculaire pour la Grande Région. Pour ce faire recenser les acteurs impliqués (professionnels et autres), sélectionner les actions de prévention et de promotion de la santé cardio-vasculaire les plus pertinentes effectuées entre 2006 et 2008, élaborer des recommandations aux autorités publiques, aux professionnels de santé et aux acteurs de prévention et enfin créer et développer un site Internet afin de dynamiser le réseau transfrontalier.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.