Longtemps, le niveau d’information en santé des patients sourds a été inférieur à la moyenne ; différence liée à l’isolement dans lequel les ils étaient tenus. Aujourd’hui, les malentendants font entendre leur exigence et leur besoin d'explication en matière d'hygiène de vie, de prévention, de suivi de leur santé. Explications.

Longtemps, le niveau d’information en santé des patients sourds a été inférieur à la moyenne ; différence liée à l’isolement dans lequel les ils étaient tenus. Aujourd’hui, les malentendants font entendre leur exigence et leur besoin d’explication en matière d’hygiène de vie, de prévention, de suivi de leur santé. Explications.
L’Unité d’Accueil et de Soins pour Sourds et Malentendants du CHU de Nancy organise régulièrement des ateliers de discussion traduits en Langue des Signes Française sur des sujets de santé ciblés. La conférence s’achève systématiquement par un temps de questions / réponses entre les médecins et le public. Les thèmes abordés lors de ces ateliers à l’hôpital Saint Julien concernent la médecine générale et se font sur demande des patients. Des conférences avec une thématique davantage spécialisée sont également organisées, mais plus ponctuellement.
Arrivée récemment à l’hôpital Saint Julien, le Dr Isabelle Bouillevaux organise ces ateliers avec l’appui du Dr Dominique Seigneur. Suite à un apprentissage intensif de la langue des signes à  l’AVPADA (Association Vosgienne des Parents et Amis de personnes atteintes de Déficience Auditive) à Épinal, puis à l’institut des jeunes sourds de la Malgrange, Isabelle Bouillevaux a mené sa première conférence en langue des signes en mai dernier sur le cholestérol, thématique des 4 réunions menées à l’hôpital Saint Julien actuellement. Chaque atelier qui accueille 20 personnes fait salle comble à chaque fois. Rien n’est laissé de côté : hygiène de vie, hygiène alimentaire, risques et traitements sont au cœur du débat afin de sensibiliser au mieux des patients venus de toute la région.  
En effet, sur 31 CHU en France, seules 14 unités d’accueil et de soins sont réservées aux sourds et malentendants. Cette rareté explique pourquoi de nombreux patients n’hésitent pas à se déplacer pour venir échanger et partager au CHU de Nancy. La communauté des sourds appartient à une culture dans laquelle le vocabulaire gestuel évolue au fil des générations et où la demande d’informations en terme de santé prend une place importante de même que le désir d’une prise en charge de qualité, adaptée aux patients sourds. Prévenir et aider les personnes sourdes et malentendantes sont les objectifs de ces conférences au CHU de Nancy.
Cette stratégie de prévention et d’aide va se poursuivre et donnera lieu à d’autres types de réunions dès la rentrée prochaine, cette fois-ci à destination des personnes devenues sourdes ou malentendantes. A la différence des personnes nées sourdes, ces conférences ne seront pas en langues des signes. Un exercice qui requiert également du temps de préparation puisque les médecins devront à la fois parler distinctement et articuler de manière à se faire comprendre par tous, avec utilisation d’une boucle magnétique si besoin est. Avec un programme si varié, nul doute que les listes d’inscription seront vite remplies.
Contact Unité d’accueil et de soins pour sourds et malentendants du CHU de Nancy : consultation.lsf@chu-nancy.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.