La santé en prison

Le 6e congrès national des unités de consultations et de soins ambulatoires en milieu pénitentiaire (UCSA) se tiendra du 3 au 5 mai à la Cité des Congrès de Nantes.

Le 6e congrès national des unités de consultations et de soins ambulatoires en milieu pénitentiaire (UCSA) se tiendra du 3 au 5 mai à la Cité des Congrès de Nantes.

Les soins aux détenus
L’Ucsa est une unité hospitalière implantée en milieu pénitentiaire qui assure les soins somatiques et psychiatriques incluant la prévention, l’organisation des soins en milieu hospitalier ainsi que la continuité de soins à la sortie de détention.

Historique
La question de la prise en charge médicale des détenus est indissociable de l’exigence d’une prison humaine. Elle a été réformée en 1994 : jusqu’alors, c’était l’administration pénitentiaire qui assurait la prise en charge sanitaire des personnes incarcérées. Mais, à la suite d’un rapport soulignant la gravité des problèmes de santé en prison, le système a été remis en cause. Ainsi, depuis la loi du 18 janvier 1994, c’est au service public hospitalier qu’a échu cette mission. Dès lors, l’hôpital est rentré dans la prison.

L’Ucsa du CHU de Nantes
L’UCSA du CHU de Nantes, dont le chef de service est le Pr Gilles Potel, a pour objectif de permettre aux détenus d’avoir accès à des soins de qualité : consultations de médecine générale, soins infirmiers, soins dentaires et consultations spécialisées. Elle est localisée sur deux sites : la maison d’arrêt, qui accueille des détenus, homme ou femme, pour une durée inférieure à un an, et le centre de détention. Le responsable de cette unité est le Dr Pierre-Yves Robert. Il est assisté par de nombreux spécialistes et une équipe infirmière.

Un congrès pour confronter et diffuser les expériences
Sous l’égide du collège des soignants intervenant en prison, l’association des professionnels de santé intervenant en prison (Apsep) organise son 6e congrès national du 3 au 5 mai à la Cité des congrès de Nantes.

Trois jours d’ateliers et de conférences seront consacrés à l’intervention médicale dans un contexte d’enfermement, auprès de patients que l’univers carcéral rend plus vulnérables que l’ensemble de la population : pathologies graves, handicap, prise en charge complexe posent dans ces conditions des problèmes bien spécifiques.

De nombreux thèmes seront abordés sous cet angle, parmi lesquels le soin dentaire, le dépistage de la tuberculose, l’éducation thérapeutique, la prise en charge du diabète, la toxicomanie… L’actualité thérapeutique et juridique seront également au programme.

Pour en savoir plus : href= »http://www.chu-nantes.fr/ePaper/02FE_UCSAder.pdf » target= »_blank »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.