La santé, LE service public plébiscité par une majorité de français !

La santé réalise année après année « la performance de satisfaire toujours davantage d'usagers » selon le sondage BVA – Institut Paul Delouvrier. En prenant cinq points de plus par rapport à 2005 la santé arrive en tête devant les autres secteurs que sont la fiscalité, la sécurité sociale, l'éducation, la police, l'ANPE et la justice. En effet, près des trois quarts des 1 000 usagers interrogés de mi-octobre à décembre 2006 (74%) se déclarent satisfaits de la qualité des soins dispensés dans les hôpitaux et services d'urgence !

La santé réalise année après année « la performance de satisfaire toujours davantage d’usagers » selon le sondage BVA – Institut Paul Delouvrier. En prenant cinq points de plus par rapport à 2005 la santé arrive en tête devant les autres secteurs que sont la fiscalité, la sécurité sociale, l’éducation, la police, l’ANPE et la justice. En effet, près des trois quarts des 1 000 usagers interrogés de mi-octobre à décembre 2006 (74%) se déclarent satisfaits de la qualité des soins dispensés dans les hôpitaux et services d’urgence !

Même enthousiasme pour juger de l’action des hôpitaux et équipes d’urgence. Là encore la santé publique atteint le meilleur score avec 87% des suffrages (50% sont « satisfaits » des prestations et 37% « très satisfaits »), 1 point de plus que l’éducation nationale.

Les 113 usagers mécontents critiquent dans 64% des cas l’attente en particulier aux urgences. L’attitude du personnel des services hospitaliers déplaît à 49% des répondants insatisfaits qui expriment aussi un sentiment de manque de moyens affectés à l’hôpital (30%).

Par contre, français et usagers ne voient pas d’un même oeil l’impact des mesures d’économie sur la qualité de l’offre en santé publique. Pour 64% des français, il serait possible de dégager des économies sans diminuer la qualité du service rendu tandis qu’une minorité d’usagers partage cette opinion (47%). Encore faut-il dissocier les points de vue entre sécurité sociale et santé publique. La première figurant en tête des services trop coûteux ce qui n’est pas le cas pour la santé publique.

Cette enquête livre également des informations intéressantes sur les habitudes de la population notamment pour entrer en relation avec les établissements. En santé, le téléphone (65%) et le contact physique (62%) sont privilégiés et arrivent loin devant le courrier (3%) et internet (1%). Etonnamment, le web apparaît comme le média le moins utilisé pour communiquer avec les hôpitaux alors que ce mode de contact atteint une moyenne de 12% pour les autres services publics.

Le baromètre BVA – Institut Paul Delouvrier : un rendez-vous annuel
Publié le 10 janvier 2007, ce cinquième baromètre a été réalisé en partenariat avec Radio Classique et la Tribune. 1003 français ont été interrogés par téléphone selon la méthode des quotas selon le sexe, l’âge, la profession du chef de famille après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Les résultats peuvent être télécharger sur
www.bva.fr
www.delouvrier.org

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.