la St-Valentin, journée du coeur et … des cardiopathies congénitales

La fête des amoureux devient le rendez-vous de tous les coeurs. Depuis 1999, le 14 février est aussi retenu comme date emblématique de la journée mondiale de sensibilisation aux cardiopathies congénitales. A Marseille les familles et associations de patients, soutenues par les professionnels de santé, ont fait le point sur les progrès médico-chirurgicaux. L'occasion aussi d'attirer l'attention des pouvoirs publics sur ces maladies souvent mal comprises, parfois méconnues, dont le diagnostic, le traitement et le pronostic ont été révolutionnés ces dernières années.

La fête des amoureux devient le rendez-vous de tous les coeurs. Depuis 1999, le 14 février est aussi retenu comme date emblématique de la journée mondiale de sensibilisation aux cardiopathies congénitales. A Marseille les familles et associations de patients, soutenues par les professionnels de santé, ont fait le point sur les progrès médico-chirurgicaux. L’occasion aussi d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur ces maladies souvent mal comprises, parfois méconnues, dont le diagnostic, le traitement et le pronostic ont été révolutionnés ces dernières années.

Marseille, centre de référence pour le sud de la France
L’hôpital de la Timone est un centre de pointe pour la prise en charge médico-chirurgicale des personnes atteintes de malformations cardiaques, notamment les nouveaux-nés, mais aussi les adolescents et adultes jeunes qui ont souvent besoin de soins spécialisés quand ils sont nés avec une telle malformation. Ses équipes développent des techniques particulièrement innovantes.
Pour éviter des interventions lourdes, les spécialistes utilisent de plus en plus une technique douce qui complète ou remplace la chirurgie : le cathétérisme (introduction d’une sonde dans une veine ou une artère pour créer ou fermer une communication, dilater ou fermer un vaisseau et si besoin installer une prothèse).
En 2008, près de 300 cathétérismes cardiaques ont été effectués à la Timone sur des cardiopathies congénitales, et plus de 450 interventions chirurgicales (dont presque 300 à coeur ouvert) sur des enfants.
De plus en plus d’opérations sont faites aussi chez des adultes pour traiter, parfois en plusieurs étapes, certaines malformations dont ils souffrent depuis la naissance.

Procédures hybrides
Une des originalités du centre marseillais réside dans la collaboration quotidienne entre les cardiologues et les chirurgiens. Les équipes spécialisées en cardiologie pédiatrique (service du Pr Fraisse) et chirurgie pédiatrique (service du Pr Kreitmann) étudient ensemble la prise en charge des patients en optant pour la solution la plus adaptée : cathétérisme interventionnel, opération chirurgicale, association ou succession des deux types d’intervention.
L’association de ces deux approches porte le nom de procédure « hybride ». La première s’est déroulée en 2006. Elle a permis aux Pr Fraisse et le Pr Kreitmann de sauver la petite Lou, aujourd’hui en parfaite santé. Une dizaine de ces procédures hybrides ont été réalisées à la Timone en 2008

Les cardiopathies en France
Il naît chaque année en France 6 à 8 000 enfants atteints de malformations cardiaques, parfois diagnostiquées avant la naissance. Certaines sont graves dès la naissance et nécessitent très rapidement un cathétérisme interventionnel ou une chirurgie, mais la malformation peut aussi être repérée plus tard, parfois même à l’âge adulte.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.