La stimulation, nouvel outil contre la dépression

Le département universitaire de psychiatrie de Ste Marguerite vient d'être doté d'une plate-forme de stimulation magnétique trans-crânienne, équipement utilisé pour lutter contre certains troubles psychiques (dépression, schizophrénie...) Une première pour la psychiatrie marseillaise.

Le département universitaire de psychiatrie de Ste Marguerite vient d’être doté d’une plate-forme de stimulation magnétique trans-crânienne, équipement utilisé pour lutter contre certains troubles psychiques (dépression, schizophrénie…) Une première pour la psychiatrie marseillaise.

Depuis décembre 2007, le service du Pr Christophe Lançon dispose d’un outil thérapeutique très prometteur : la stimulation magnétique trans-crânienne (TMS). Ses principales indications sont le traitement de la dépression, mais aussi de la schizophrénie, notamment l’agitation, l’anxiété et les hallucinations auditives résistantes aux traitements pharmacologiques.

Déjà utilisé depuis quelques années en neurologie dans le traitement des mouvements anormaux, de la douleur neuropathique et des acouphènes, la TMS a désormais sa place dans l’arsenal thérapeutique psychiatrique.

La stimulation magnétique trans-crânienne permet une stimulation cérébrale non invasive par application d’une impulsion magnétique brève, d’intensité variable, produite par une bobine métallique disposée sur le crâne et parcourue par un courant électrique alternatif.

Ses avantages sont nombreux : facilité d’utilisation, innocuité, faible coût, avancée de la recherche dans ce domaine. La TMS pourrait supplanter à terme la sismothérapie (électrochocs).

Contact Dr Boulanger
christophe.boulanger@ap-hm.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.