La télé-imagerie stéphanoise pensée à l’échelle du territoire de santé

Accéder en tout lieu aux images médicales des patients réalisées ou archivées au CHU ou dans l’un des 9 établissements partenaires, partager ces données sans se soucier de la compatibilité entre les différents systèmes d’information et d’exploitation des structures. Ainsi se présent la télé-imagerie version PACS Mutualisé sur le territoire de santé ouest de la région Rhône-Alpes.

Accéder en tout lieu aux images médicales des patients réalisées ou archivées au CHU ou dans l’un des 9 établissements partenaires, partager ces données sans se soucier de la compatibilité entre les différents systèmes d’information et d’exploitation des structures. Ainsi se présent la télé-imagerie version PACS Mutualisé sur le territoire de santé ouest de la région Rhône-Alpes.
Le PACS pour Picture Archive and Communication System est un système informatique qui permet d’archiver, d’échanger, de traiter et interpréter des images médicales numériques à tout moment.  Initié dans le cadre du plan Hôpital 2012 avec le soutien de l’Agence Régionale de Santé Rhône-Alpes, le CHU de Saint-Etienne a retenu la solution PACS en mode service de la société CARESTREAM. Intégré à son réseau, le logiciel est géré et hébergé au sein du télé-pôle NumériParc de l’agglomération de Roanne, il bénéficie ainsi des investissements réseaux fibre-optiques menés par le Conseil général de la Loire.
Séduits par la formule, les 9 établissements partenaires sollicités par le CHU apprécient l’accès simplifié au système tout en restant maître d’œuvre de leur système d’information. Dans un contexte régional très dynamique et en relation avec la plate-forme SIS-RA (Système d’Information de Santé de la région Rhône-Alpes), ce PACS mutualisé constitue le socle des projets de télé-imagerie entre l’ensemble de ces établissements.

PACS Mutualisé : les nombreux bénéfices pour le patient

Le PACS Mutualisé contribue au meilleur suivi des patients grâce à la fluidité des échanges d’images et, à une meilleure coordination entre professionnels de santé. Enfin, il apporte une solution à la pénurie de radiologues.
En effet, tout professionnel d’un établissement partageant le PACS peut accéder à ses images médicales quel que soit leur lieu de production. De plus, l’archivage des images antérieures permet de vérifier l’évolution de la maladie.
Autre avantage : la coordination des équipes partageant les mêmes données s’en trouve facilitée et les prises de décisions sont plus rapides, sans transfert des patients ;
Enfin le PACS Mutualisé contribuera à la permanence des soins dans un contexte de démographie déclinante de radiologues.
Complété par un important volet organisationnel, le PACS Mutualisé structure l’offre de soins du territoire en pérennisant la télé-imagerie ; Il apporte une réponse performante aux besoins d’une prise en charge de plus en plus exigeante et complexe.
Liste des établissements partenaires du PACS
CHU de Saint-Etienne, CH Du Pays-de-Gier, CH de Montbrison, CH de Firminy, CH de Feur, CH de Roanne, CH d’Annonay, Mutualite Francaise Loire, Irmas, ICL.
Correspondance
Jean-Christophe Bernadac Directeur du Système d’Information du CHU de Saint-Etienne 04.77.12.08.72 ou secrétariat : 04.77.12.08.73 Email : j.christophe.bernadac@chu-st-etienne.fr
Lien d’intérêts
Ni le CHU de Saint-Etienne, ni l’éditeur du site www.reseau-chu.org n’ont reçu de rémunération pour cet article

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.