La thérapie génique pour traiter une pathologie vasculaire

Dans le cadre d'un protocole de recherche et d'évaluation : Un premier patient bénéficie de la thérapie génique pour traiter une pathologie vasculaire.

Dans le cadre d’un protocole de recherche et d’évaluation : Un premier patient bénéficie de la thérapie génique pour traiter une pathologie vasculaire.

Plusieurs centres en France pratique la recherche en thérapie génique.
Au Nord de Paris, le CHRU de Lille est le seul à pratiquer des essais cliniques visant à évaluer l’efficacité de ces traitements novateurs.

A l’hôpital Cardiologique du CHRU, le Pr. Van Belle engage en collaboration avec l’équipe de chirurgie vasculaire du Dr. Koussa un protocole d’évaluation du traitement des artérites des membres inférieurs par la thérapie génique.

3 patients ont déjà débuté ce traitement dans les hôpitaux parisiens.
Mardi 17 décembre, un premier patient nordiste a reçu sa première injection : c’est la quatrième personne en France à bénéficier de la thérapie génique pour cette indication médicale.

Le protocole d’évaluation mené par l’équipe coordonnée par le Pr. Van Belle vise à évaluer le traitement, qui pourrait prochainement bénéficier à plusieurs milliers de personnes de la région souffrant d’artérite des membres inférieurs, c’est à dire dont les artères des jambes sont bouchées.
Deux types de traitements sont habituellement utilisés face à cette pathologie : la chirurgie avec la technique de pontage, et la dilatation, à l’aide de petits ballons insérés dans les artères. Cependant la situation d’un certain nombre de patients ne peut pas être améliorée par ces techniques.

La thérapie génique, si les évaluations sont concluantes, permettra de traiter des patients pour lesquels il n’existe pas d’autre solution thérapeutique : elle consiste à injecter par voie intra-musculaire un gène qui permet la fabrication locale d’un facteur permettant une reprise de la croissance vasculaire (facteur de croissance angiogénique).

Plus clairement, si ce traitement n’est pas spectaculaire à vue d’oeil, il agit sur la croissance des artères au travers de 4 cures effectuées à 1 mois d’intervalle (4 injections ).

Pour s’inscrire dans ce protocole d’évaluation et bénéficier du traitement par thérapie génique, les patients souffrant d’artérite des membres inférieurs peuvent s’adresser au Professeur Van Belle – Service de Cardiologie B et hémodynamique –
Hôpital Cardiologique
Tel 03 20 44 50 43. Email : href= »mailto:ericvanbelle@aol.com » et au Docteur Mohamed Koussa – Service de Chirurgie Vasculaire – Hôpital Cardiologique. Tel : 03 20 44 58 11.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.