La traçabilité des échantillons de la Biobanque améliorée grâce à une nouvelle technologie

La Biobanque du CHU de Nice assure une traçabilité et une confidentialité optimales des prélèvements et des échantillons grâce expérimentation pilote basée sur la technologie Identification par Radio Fréquence (RFID)*. Cette innovation nationale et sans doute européenne s'inscrit dans le cadre du projet baptisé MISTRALS mené par un consortium** du pôle de compétitivité international Solutions Communicantes Sécurisées (SCS).

La Biobanque du CHU de Nice assure une traçabilité et une confidentialité optimales des prélèvements et des échantillons grâce expérimentation pilote basée sur la technologie Identification par Radio Fréquence (RFID)*. Cette innovation nationale et sans doute européenne s’inscrit dans le cadre du projet baptisé MISTRALS mené par un consortium** du pôle de compétitivité international Solutions Communicantes Sécurisées (SCS).

Les équipes de la tumorothèque du Pr Paul Hofman ainsi que celles du Service « Organisation et Gestion des Blocs Opératoires – Stérilisation Opératoire » et de la Direction du Système d’Information du CHU ont mené un projet unique en Europe qui a permis de valider la possibilité de fiabiliser, contrôler et tracer les délais de transports des prélèvements, d’horodater les traitements effectués sur ces prélèvements et de faciliter la localisation des échantillons à toutes les étapes du process, du prélèvement au stockage temporaire puis définitif.

Grâce à l’association des technologies et du savoir-faire des membres du consortium ainsi que de la société Fréquentiel en charge de l’intégration de la solution, le pilote a pu être mené en «grandeur nature » avec succès sur les prélèvements thoraciques depuis juillet 2010 ; une réussite qui renforce la volonté des équipes d’industrialiser la solution et de la diffuser auprès d’autres Centres Hospitaliers en France et en Europe.

Le CHU de Nice est un établissement de santé à vocation multiple ainsi qu’un acteur économique important de la région. C’est pourquoi, il a naturellement intégré le pôle de compétitivité Solutions Communicantes Sécurisés (SCS), lors de sa création, aux côtés d’industriels. Tous ont travaillé de concert pour mettre en place le projet MISTRALS au sein d’un consortium.

«Assurer la traçabilité du circuit des échantillons stockés dans la Biobanque (ou tumorothèque). Tel est l’enjeu du projet global MISTRALS», explique le Pr Paul Hofman, Responsable de la tumorothèque et Directeur du CRB INSERM CHU-CLCC et de l’équipe Région-INSERM 21. La puce RFID permet en effet le stockage et la lecture d’un grand nombre de données de façon simple (lecture sans contact et multiple), anonyme (aucune lecture d’étiquette) et fiabilisée (résistance aux conditions de stockage allant jusqu’à -196°C).

« Avec ce projet, nous souhaitions optimiser la traçabilité des échantillons depuis leur prélèvement dans le bloc opératoire, jusqu’à la phase de stockage définitif en chambre froide, en passant par leur cession à un autre établissement » précise Cécile Lagardère Responsable Intégration et Applications à la Direction du Système d’Information du CHU de Nice. « Il était important de savoir à quelle heure était partie et arrivée la pièce opératoire, de savoir retrouver un échantillon rapidement parmi les 57.000 pièces que comptent la tumorothèque et de pouvoir également tracer son transfert vers d’autres sites de stockage. »

A terme, ce projet va faciliter la prise en charge des patients : en enregistrant les délais de transports, en offrant une meilleure qualité des pièces opératoires pour les diagnostics et les traitements personnalisés à mettre en oeuvre – les risques d’erreurs et de détérioration des échantillons stockés étant réduits -, ou encore en garantissant la confidentialité des données stockées au sein de la tumorothèque.

Les bénéfices avérés de ce projet pilote, en exploitation depuis juillet 2010 laissent espérer un développement plus « industrialisé » de la traçabilité des échantillons grâce à la technologie RFID.

*Radio Frequency IDentification
** (composé des sociétés suivantes : ST Microelectronics, IBM, Tagsys, Psion, SPS, le CHU de Nice, l’Institut Paoli Calmette, l’Ecole des Mines de Saint Etienne)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.