La valorisation de la recherche lilloise passe par Biovalo

Souvent cité en exemple pour sa politique dynamique en matière de recherche biomédicale*, le CHU de Lille entend mobiliser ses efforts autour de la promotion des travaux des chercheurs. Désireux d'organiser leur valorisation économique, il vient de créer Biovalo en partenariat avec l'Université Lille 2. Biovalo deviendra à terme le département de valorisation en biologie santé du pôle de recherche et d'enseignement supérieur (PRES) – Université de Lille Nord de France.

Souvent cité en exemple pour sa politique dynamique en matière de recherche biomédicale*, le CHU de Lille entend mobiliser ses efforts autour de la promotion des travaux des chercheurs. Désireux d’organiser leur valorisation économique, il vient de créer Biovalo en partenariat avec l’Université Lille 2. Biovalo deviendra à terme le département de valorisation en biologie santé du pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) – Université de Lille Nord de France.

Objectifs: maintenir l’investissement dans l’entretien et le développement d’un portefeuille de brevets associant les établissements de recherche académiques et industriels.

Les capacités de contractualisation avec les industries biologiques et du médicament seront soutenues et encouragées durant toutes les étapes du processus de recherche et non plus seulement à l’aval du continuum.

Le CHU de Lille dispose déjà d’un palmarès enviable en matière de valorisation de la recherche. En 2008, 54 brevets ou demandes de brevets actifs ont été enregistrées. 15 contrats de collaboration et de partenariats industriels et 5 contrats de prestation de recherche ont été conclus.

Le CHRU de Lille est aussi à l’origine d’un campus hospitalo-universitaire qui associe le monde de l’industre et de la recherche au sein du pôle de compétitivité « Nutrition Santé Longévité » et du GIE Eurasanté dédiés aux activités de biologie-santé.

La recherche au CHRU de Lille en chiffres pour l’année 2008
169 nouvelles études industrielles
143 nouvelles études académiques
63 nouvelles études promues par le CHU

Personnels
385 personnes du CHRU collaborent à des équipes de recherche labellisées.
25 équipes labellisées
70 assistants/ techniciens de recherche clinique

Moyens techniques
1 centre d’investigation clinique et 1 centre d’innovation technologique labellisé INSERM, dotés de plateaux techniques de haute tenue.
3 plateformes méthodologiques (biothérapie, valorisation clinique et imagerie du vivant) gérées par l’Institut de Médecine Prédictive et de Recherche Thérapeutique.

En 2008, le CHRU a obtenu plus de 8 millions de crédits nouveaux pour la recherche, 13 projets ont fait l’objet d’un financement dans le cadre de la procédure PHRC au niveau national et interrégional en 2008. 4 projets sont financés sur la base d’un appel d’offres de l’INCA dont 1 obtenu en 2008. 2 ont été financés dans le cadre du contrat de projet Etat-Région 2007-2013.

Avec 930 publications en 2008 et un total de 4 002 publications sur la période 2003-2007, le CHRU de Lille confirme sa 4ème position derrière Paris, Lyon et Marseille.

*Le CHU de Lille est à l’origine de l’élaboration du logiciel de recensement des publications scientifiques SIGAPS . En 2007, ce logiciel a été diffusé, à la demande du Ministère de la Santé, auprès des 77 établissements français éligibles aux crédits MERRI. A l’issue de cette première étape, le Ministère de la Santé, en partenariat avec le CeNGEPS a décidé d’élargir la mission du CHU à la conception et au développement d’un logiciel de suivi des essais cliniques : SIGREC. Finalisé fin 2008 et mis à disposition début 2009 auprès de mêmes 77 établissements, ce système fournira des informations fiables sur les études cliniques, académiques ou industrielles réalisées au sein des établissements. Ces informations seront déterminantes dans le calcul d’indicateurs intervenant directement dans le financement des établissements.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.