La vaste restructuration du CHU de Toulouse

Relever les défis de la médecine contemporaine et mieux répondre aux attentes des patients et de la population tels sont les enjeux du nouveau projet d?établissement

« C’est pour moi un honneur autant qu’une joie intime de rejoindre la grande communauté médicale et professionnelle, mais avant tout humaine du CHU de Toulouse;
Nous venons d’adopter notre nouveau projet d’établissement : pour les cinq ans à venir, notre institution dispose d’un cadre pour engager les restructurations nécessaires.
Nous sommes confrontés aux enjeux considérables que représentent l’évolution de la médecine contemporaine et celle de la demande de nos concitoyens en matière de santé.
Nous devons anticiper, intégrer les nouvelles pratiques médicales, adapter nos structures et notre offre de soins tout en développant nos capacités de recherche et d’innovation.
Je souhaite également que le CHU et son personnel participent activement aux initiatives de prévention et de santé publique de la communauté d’agglomération de Toulouse. Je ne doute pas de notre succès dans cette entreprise ambitieuse. Ensemble, nous maintiendrons le CHU de Toulouse à la hauteur de sa réputation et de son rang, l’un des tout premiers de France. »
Philippe Douste-Blasy, Président du Conseil d’Administration.

Le projet d’établissement
Le 21 mai dernier, le Conseil d’administration du CHU de Toulouse adoptait le nouveau projet d’établissement 2001-2005 qui prévoit notamment :
– le maintien de deux Services d’Accueil des Urgences (SAU) -l’un à Rangueil, l’autre à Purpan – pour l’accueil des polytraumatisés et des accidents vasculaires cérébraux. Ce choix a également mené au maintien de deux sites de neurochirurgie dans le cadre d’une fédération neurochirurgicale.
– de larges réorganisations qui aboutiront à des regroupements par pôles.
Outre le projet médical, le document comporte un projet professionnel et social, un projet de soins infirmiers, un projet de gestion en lien avec la création de pôles, un projet logistique, un schéma directeur informatique et, pour la première fois, un projet culturel.

Le projet médical
Le projet médical répond au souci de déployer des activités complémentaires et équilibrées entre les différents sites du CHU. Les activités en «doublon » seront progressivement supprimées. Ainsi, la cardiologie regroupée à Rangueil, proposera des activités complémentaires sur les autres sites.
Les pratiques s’orienteront vers une médecine plus sociale et humanitaire. Quant à la prise en charge ambulatoire, celle-ci est appelée à croître en chirurgie comme en médecine.

Certaines disciplines connaîtront un fort développement comme la cardio-pédiatrie, la thérapie cellulaire et génique, les transplantations d’organes, de tissus et de moelle.
Enfin, les équipes s’engagent à afficher des objectifs clairs en termes de recherche et d’innovation.

A Purpan, de nouvelles constructions s’ajouteront au futur bâtiment d’urgences adultes et au site déjà réservé aux urgences pédiatriques. L’hôpital d’enfants sera relié à l’hôpital femme-mère-couple actuellement en construction où seront réunies l’obstétrique, la chirurgie générale et gynécologie, l’oncologie et l’assistance médicale à la procréation. En 2004, Purpan disposera d’un Institut Fédératif de Biologie et d’un pôle médical incluant l’hématologie, les maladies infectieuses, la dermatologie, la médecine interne, la médecine du travail;

Un plateau technique est à l’étude. Il rassemblera la plus grande partie de l’imagerie, des blocs opératoires neufs, la réanimation et les explorations ainsi que la chirurgie et l’anesthésie ambulatoire de 17 places contre 12 actuellement.
La création d’un Institut locomoteur accueillant la rhumatologie, la traumatologie, l’orthopédie et la rééducation est envisagée.

A Rangueil, l’hôpital regroupera les urgences adultes, un pôle cardio-vasculaire et métabolique en 2002, la néphrologie, le pôle digestif en 2004, l’urologie, la chirurgie plastique et les brûlés adultes, une unité interrégionale d’hospitalisation des détenus de 16 lits, une partie de l’activité ophtalmologique et ORL.

A Larrey, l’ancien hôpital militaire inaugurera en 2002 un pôle des voies aériennes regroupant six services actuellement dispersés : pneumologie, chirurgie thoracique, ORL, explorations fonctionnelles respiratoires, médecine du sport.
La bactériologie et deux sites de dialyse ambulatoire pour malades chroniques seront aussi réunis sur ce site.

A la Grave, le CHU ouvrira un centre de consultations d’odontologie, de dermatologie, de médecine sociale, un centre d’éducation de la santé et de prévention, un centre de médecine générale avec des compétences de spécialité à la demande et conduira la lutte contre les maladies addictives. Une prise en charge en psychiatrie sera assurée.
Enfin, un bâtiment neuf accueillera le long séjour.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.