La vidéotransmission d’interventions chirurgicales

La vidéotransmission appliquée à la chirurgie endovasculaire : un outil pédagogique innovant et efficace. Au CHU de Reims, la chirurgie endovasculaire représente 40% de la chirurgie artérielle. Cette technique permet de traiter de nombreuses lésions telles que les anévrismes de l'aorte, les artères rénales, viscérales, les rétrécissements de la bifurcation carotidienne -une application en cours d'évaluation dans le service de chirurgie vasculaire et angiologique du CHU de Reims (reconnu comme le pionnier en ce domaine au niveau national).

La vidéotransmission appliquée à la chirurgie endovasculaire : un outil pédagogique innovant et efficace.
Au CHU de Reims, la chirurgie endovasculaire représente 40% de la chirurgie artérielle. Cette technique permet de traiter de nombreuses lésions telles que les anévrismes de l’aorte, les artères rénales, viscérales, les rétrécissements de la bifurcation carotidienne -une application en cours d’évaluation dans le service de chirurgie vasculaire et angiologique du CHU de Reims (reconnu comme le pionnier en ce domaine au niveau national).

Pour le patient fragile ou âgé, la chirurgie endovasculaire comporte moins de risque qu’une chirurgie conventionnelle. D’autre part,  » l’incision percutanée étant très limitée, la personne opérée ne ressent quasiment pas de douleurs post-opératoires. Elle reprend rapidement ses activités  » explique le Pr Clément, chef du service. Cette intervention est même envisagée en ambulatoire.

Apprendre les gestes dans le cadre du Diplôme Universitaire (DU) de chirurgie endovasculaire
La pratique de cette technique nécessite une grande maîtrise professionnelle. La manipulation du matériel, les actes à effectuer, les gestes pratiques doivent être bien assimilés. La démonstration est essentielle et la vidéo apporte un accompagnement visuel pédagogique de premier plan.

Une pédagogie fondée sur la vision en temps réel d’une intervention et sur l’interactivité
Les interventions sont retransmises depuis le bloc opératoire vers une salle de cours adjacente. 25 à 30 étudiants et praticiens suivent l’intervention et peuvent à tout moment poser des questions au chirurgien qui est équipé d’une oreillette et d’un micro. Les vidéos peuvent également être retransmises et commentées aux élèves qui sont également informés des contrôles échographiques réalisés par les angiologues après les opérations de la veille pour vérifier la réussite des interventions.

Au dire du Dr Sébastien Causse, praticien hospitalier, un ancien élève devenu chirurgien et enseignant, cet enseignement est très efficace, il pourrait être adapté à d’autres chirurgies et même se faire à distance. Un projet est à l’étude pour retransmettre les interventions à l’Institut Régional de Formation du CHU de Reims et plus tard, vers des sites extérieurs nationaux et internationaux.


 » La vidéotransmission nécessite une parfaite entente entre le chirurgien qui opère tout en expliquant l’intervention et le caméraman qui doit filmer, au dessus de l’épaule du praticien, l’ensemble du champ opératoire jusqu’aux détails techniques, permettant aux participants du séminaire de suivre chacun des gestes. L’image transmise par l’appareil de scopie sur un second écran prend ensuite le relais pour montrer ce qui se passe à l’intérieur du corps : progression d’une sonde, d’une injection..  » commente Denis Germain – cadreur caméra

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.