Label «Centre d’évaluation et de traitement de la douleur» pour le CHU

Le CHU de Rennes est récompensé pour son implication dans le traitement de la douleur : 1er établissement breton à obtenir pour sa consultation multidisciplinaire de la douleur le label «Centre d'évaluation et de traitement de la douleur». Pour mériter ce label le CHU devait répondre aux critères suivants : avoir une consultation et des lits d'hospitalisation, dispenser un enseignement et faire de la recherche. Le CHU est ainsi positionné comme une structure de recours pour la prise en charge des patients douloureux complexes en Bretagne.

Le CHU de Rennes est récompensé pour son implication dans le traitement de la douleur : 1er établissement breton à obtenir pour sa consultation multidisciplinaire de la douleur le label «Centre d’évaluation et de traitement de la douleur».
Pour mériter ce label le CHU devait répondre aux critères suivants : avoir une consultation et des lits d’hospitalisation, dispenser un enseignement et faire de la recherche. Le CHU est ainsi positionné comme une structure de recours pour la prise en charge des patients douloureux complexes en Bretagne.

La consultation existe depuis 2001 et a accueilli plus de 3 000 patients dont 480 nouveaux patients en 2005. Elle est multidisciplinaire et prend en charge des patients adressés par les médecins libéraux de la région ou par des confrères hospitaliers. Ces patients souffrent de douleurs chroniques d’origine neurologiques (douleurs neuropathiques diverses : 20%, migraines/céphalées : 25%), de lombalgies/sciatalgies (20%), d’algodystrophies (15%), de douleurs d’origine cancéreuse (10%), et de fibromyalgies (10%). Tout dernièrement, cette pluridisciplinarité a été enrichie par l’intégration dans cette équipe d’une rhumatologue. Une hospitalisation est possible en fonction des pathologies dans certains services de l’hôpital. Enfin de nouvelles approches de prise en charge de la douleur tel le principe du groupe de thérapies cognitives-comportementales ont été initiées l’année dernière.

L’enseignement est dispensé à travers un diplôme universitaire de prise en charge de la douleur pour les professionnels de santé depuis 1999 ; au total, environ 190 personnes dont un tiers de médecins ont suivi cet enseignement. Depuis la dernière rentrée universitaire, la capacité d’évaluation et de traitement de la douleur d’une durée de deux ans est enseignée au sein de l’université de Rennes 1, seule université habilitée à délivrer cette capacité en Bretagne.

La recherche trouve naturellement sa place dans la mise en oeuvre d’études de recherche clinique et surtout la création d’une unité de laboratoire (UPRES EA 3892) -optimisation biopharmaceutique des passages transmembranaires- qui permet d’étudier le système de libération prolongée des anesthésiques en vue de supprimer les cathéters. Seules deux unités de ce type existent : une à Boston, l’autre à Rennes (faculté de pharmacie).

Ce label, décerné par l’Agence régionale de l’hospitalisation (ARH) est la reconnaissance du travail effectué au sein de la consultation multidisciplinaire de la douleur qui avait déjà un impact national puisque le Dr Jean-Pierre Estebe, responsable de la consultation douleur, a participé à un exposé public à l’Assemblée Nationale dans le cadre des deux premières journées mondiales de lutte contre la douleur en 2004 et 2005 puis au Sénat en 2005.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.